Etre exigeant n’est pas forcément antinomique avec le fait de respecter un collaborateur

Avis de Ahmed El Meslouti, Consultant RH

On oublie souvent que les gens vivent dans un environnement stressant. La quête d’équilibre entre vie privée et vie professionnelle, l’angoisse du surendettement,  l’éducation des enfants… Ces facteurs ont leur impact sur le quotidien d’une personne en temps normal. Ajoutez à cela un environnement professionnel malsain et vous avez un collaborateur dans l’angoisse.
Trop de personnes brûlent toutes leurs batteries en se «défonçant» au travail, oubliant ainsi un élément essentiel : eux-mêmes ! Mais des fois, certains cadres et employés se posent tout de suite la question de rester dans ces entreprises ou ces secteurs s’ils se sentent mal à l’aise…
A mon avis, l’entreprise risque de perdre le peu d’humanisme qu’elle a si son management ne réagit pas quand il faut.
Le rôle du manager direct est primordial, c’est à lui de savoir doser la demande d’effort, de donner les moyens nécessaires pour atteindre les objectifs, d’accompagner les collaborateurs par des conseils utiles (sans paternalisme qui a pour conséquence directe d’infantiliser les plus fragiles et de faire fuir les plus autonomes), de faire évoluer leur compétence et d’être à leur écoute. Vous pouvez avoir les mêmes objectifs difficiles à atteindre, mais selon le profil du manager, les résultats obtenus différeront car les méthodes pour y arriver le seront également !
Malheureusement, je trouve que peu de managers ont cette fibre RH.
Il faut cette envie de donner envie.
En d’autres termes, inspirer son équipe, lui communiquer la portée de sa vision. Etre équitable surtout (charge de travail, reconnaissance…), motiver et être le premier «agitateur» de l’équipe en développant sa créativité. Etre exigeant n’est pas forcément antinomique avec le fait de respecter un collaborateur. Au contraire, cela peut même être une façon de démontrer son respect, puisque nous prenons la mesure d’une personne et savons qu’elle est «capable de». Respecter son équipe est un état d’esprit.
Parfois, un manager est obligé de passer d’un coaching individuel à un coaching collectif pour éviter que la démotivation gagne tous les collaborateurs.