Entreprise sans tabac : Avis de Salim Ennaji, DRH de Veolia Environnement Maroc

Une entreprise doit considérer la lutte contre le tabac comme faisant partie des critères de qualité.

Le tabac est interdit dans nos locaux. D’ailleurs, les fumoirs n’existent pas chez nous. Les «accros» sont obligés de sortir de l’entreprise pour aller griller une cigarette. Bien évidemment, ces restrictions restent souples.

Il nous arrive de faire des rappels à travers des campagnes de sensibilisation et d’affichage sans durcir le ton.
La lutte contre le tabac est un engagement qui permet de soigner l’image du groupe aussi bien chez les salariés que chez nos partenaires externes. Comme notre vocation est de préserver et d’améliorer la santé des individus, alors autant commencer par nous.  A cet égard, nous sommes en train de réfléchir aux moyens de renforcer le dispositif de protection contre le tabagisme.

De manière générale, une entreprise doit considérer la lutte contre le tabac comme faisant partie des critères de qualité.
Ce faisant, une réglementation intérieure précise doit être  élaborée pour la pérennisation du dispositif de protection contre le tabagisme.
Mais, au-delà de l’interdiction, je pense que l’élément important à prendre en considération est d’aider la population fumeurs au sevrage.

L’accompagnement sur la durée permet une maturation lente de la décision d’arrêt et une prévention des rechutes. C’est un premier geste qui est nécessaire et qui, à mon avis, peut faire baisser considérablement le tabagisme dans l’entreprise.