Enquête Rekrute : Ces salariés prêts à changer d’emploi malgré la crise

• Les candidats postulent de plus en plus malgré le contexte difficile.
• L’employeur idéal serait la grande entreprise.

Au vu de la crise sanitaire, le rapport avec l’entreprise est réellement bouleversé durant ces derniers mois. D’après un sondage effectué en Europe, 50% des salariés en télétravail avouent que le confinement leur a donné envie de changer d’employeur. Le taux grimpe à 65% pour les personnes placées en chômage partiel.
Les millenials, une génération mieux informée sur les enjeux du bien-être au travail, entendent en cette période si délicate se protéger et trouver des entreprises qui le leur apportent et le perpétuent.
Plus encore pour certains, il s’agit de trouver l’entreprise avec laquelle ils partageront des valeurs communes.
Qu’en est-il au Maroc ? Rekrute, leader national du e-recrutement, a voulu apporter quelques éléments de réponse par rapport aux attentes des candidats vis-à-vis de l’entreprise idéale post-Covid. L’enquête en question a concerné un échantillon de 1 000 candidats titulaires de bac+4, bac+5 ou plus. Ils sont majoritairement âgés de 25 à 44 ans, avec une proportion de 76%. Presque 60% des répondants sont des hommes et 40% des femmes et une proportion de 44% des répondants justifie de plus de 10 ans d’expérience. 30% parmi eux ont entre 0 et 4 ans d’expérience. 10% ont entre 4 à 6 ans d’expérience.

La mobilité ne freine pas les candidats
Premier enseignement de l’enquête : 80% des répondants sont prêts à changer d’emploi malgré la crise. Près de 23% d’entre eux plébiscitent les grosses structures, contre 22% qui souhaitent travailler à leur propre compte. Viennent ensuite les très grandes entreprises (TGE) avec une proportion de 21%. Les TPE (micro-entreprise ou très petite entreprise, avec effectif inférieur à 50 salariés) et PME (petite et moyenne entreprise, avec un effectif inférieur à 500 salariés) attirent ensemble 20% des répondants.
Le secteur public, quant à lui, n’intéresse que 12% des répondants ciblés.
De même que l’enquête de Rekrute révèle que la mobilité ne freine pas les candidats si ces derniers estiment que le poste est attractif. Plus de 66% des répondants expriment clairement leur disposition à changer de ville pour un emploi.
Dans ce sens, une forte concentration d’intérêt est remarquée autour de l’axe Casablanca-Rabat, qui ne finit pas d’intéresser les Marocains grâce à la diversité des entreprises qui y sont installées. L’enquête révèle que 37% des répondants souhaitent travailler à Casablanca et 22% à Rabat. Tanger, quant à elle, est presque arrivée au niveau d’attractivité de Rabat avec une proportion de 20% de répondants souhaitant s’y déplacer.

Les candidats prônent la confiance vis-vis de l’entreprise
A noter aussi que les candidats sondés idéalisent les entreprises qui prônent de fortes valeurs. A ce titre, un trio de tête se détache parmi les valeurs les plus importantes pour les Marocains. En 1ère position, les répondants votent pour «l’engagement et la confiance», suivi par «le respect de l’équilibre entre la vie personnelle et la vie professionnelle», puis en 3e position les Marocains optent pour «la transparence et le partage».
D’autres valeurs ou facteurs intéressent également les candidats, on cite pêle-mêle l’intégrité, l’esprit d’équipe, l’innovation, le respect, la responsabilité sociale et environnementale ou encore la qualité du service et la satisfaction client.
Concernant le lieu de travail, les Marocains optent pour le travail en open-space pour plus d’échange, ou pour le télétravail. A ce propos, l’étude révèle que 55% préfèrent travailler en présentiel contre 45% en télétravail, dont plus de la moitié préconisent le télétravail au moins quelques jours par semaine.
Par rapport aux attentes vis-à-vis de leur poste actuel, les répondants estiment qu’un salaire plus attractif les pousserait davantage à changer de poste. Viennent ensuite les opportunités de carrière, l’équilibre vie professionnelle/vie privée, le management de qualité ou encore l’environnement de travail plus agréable.
Enfin, la majorité des Marocains pense que la durée optimale dans un même poste se situe entre 3 et 4 ans (52%). 40% estiment que la durée optimale se situe entre 1 à 10 ans et seulement 5% pensent qu’il est nécessaire d’occuper le même poste un an ou moins.