En France, un cadre gagne en moyenne 51 000 euros par an

L’Association pour l’emploi des cadres (Apec) a réalisé une enquête auprès de 12 000 personnes.

Un peu moins de la moitié des cadres déclarent avoir obtenu une hausse de salaire en 2007.

La rémunération totale moyenne des cadres français atteint 51 000 euros, révèle la vaste enquête de l’Association pour l’emploi des cadres (Apec), pour laquelle 12 000 salariés ont été interrogés. Le salaire médian est inférieur à cette moyenne: selon l’agence, la moitié des cadres gagnent ainsi moins de 45 000 euros, quand 10 % gagnent plus de 77 000 euros. Une situation qui convient à une majorité des personnes interrogées puisque 53 % jugent leur niveau de rémunération satisfaisant.
Cette année, l’Apec a focalisé son enquête sur la question des augmentations. En 2007, 46 % des cadres déclarent avoir obtenu une hausse de salaire. Parmi les personnes qui ont vu leur rémunération croître, 80 % ont touché une augmentation individuelle. Celle-ci n’est pas obligatoirement très élevée puisque seuls 10 % ont bénéficié d’une hausse à deux chiffres. La moitié ont même touché moins de 4 %. Tous les profils ne sont pas logés à la même enseigne. L’enquête révèle que les jeunes en sont les premiers bénéficiaires : 61 % des moins de 30 ans et 55 % des trentenaires ont vu leur salaire progresser contre seulement 34 % des «quinquas». Les jeunes informaticiens, en particulier, sont bien lotis. Pour les plus de 40 ans, ce sont les fonctions de production, de services techniques et de R&D qui ont été les plus généreuses en terme d’augmentations. Enfin, les cadres des grandes, voire très grandes entreprises ont bénéficié de plus de hausses de salaires, ceux des sociétés de moins de 50 salariés étant les plus pénalisés, avec moins de 35 % des cadres qui ont été augmentés. L’impact sur les hausses de salaire des responsabilités est délicat à évaluer. Ainsi, manager une équipe est un critère assez peu discriminant pour les jeunes cadres mais se révèle très rémunérateur pour les plus de 40 ans. Les «quadras» sont ainsi 48 % à avoir été augmentés lorsqu’ils gèrent une équipe, contre 40 % sinon.

Des salaires à l’embauche de plus en plus négociés
Occuper un poste à dimension internationale facilite immédiatement les hausses de salaire puisque 51 % des cadres concernés en ont touché contre 42 % pour les autres. L’Apec s’est également intéressée aux cadres qui viennent de changer d’entreprise. Pour 60 % d’entre eux cela s’est déroulé sans passer par une période de chômage. En moyenne, les salaires proposés à l’embauche s’établissent à 33 000 euros, hors commissions. Néanmoins, ce chiffre est souvent révisé, la plupart du temps à la hausse (40 % du total) mais parfois aussi à la baisse (29 %). Dans un contexte de quasi plein-emploi des cadres, trouver le profil exact semble délicat pour les entreprises. Ce qui laisse de la place pour la négociation.