Embauche : les bonnes questions à poser avant l’entretien

Pour sortir des sentiers battus, nombre de recruteurs poussent les candidats dans leurs derniers retranchements pour déceler leur personnalité. Comportement, motivations et aptitudes constituent l’ossature des questions des recruteurs.

Pourriez-vous me parler un peu de vous ? Pourquoi souhaitez-vous changer d’entreprise ? Comment envisagez-vous l’avenir ? Certaines questions adressées à un candidat lors d’un entretien d’embauche sont inévitables. Pourquoi? Parce que ce moment est le point de départ d’une collaboration qui permet de poser des bases solides entre l’entreprise et la future recrue. Autant alors s’assurer de l’adéquation du candidat avec les attentes de l’entreprise. Cette précaution n’est pas la panacée du fait qu’il peut toujours y avoir des vices cachés, mais elle permet au moins de réduire les risques.Si certaines questions sont classiques et généralistes, d’autres en revanche poussent le candidat dans  ses derniers retranchements pour jauger sa motivation et sa volonté de donner le meilleur de lui-même. Dans un tel contexte, il arrive que les meilleurs se montrent timorés, souvent par peur de décevoir. Par conséquent, un entretien se prépare consciencieusement. Le candidat doit se renseigner sur les us et coutumes de l’entreprise chez laquelle il postule. «Un mauvais recrutement est préjudiciable pour toutes les parties. Pour l’entreprise, qui se retrouve obligée de trouver “une sortie” la moins pénalisante sur les plans financier et humain, pour l’intéressé, notamment s’il a été débauché, ou s’il évoluait dans une situation professionnelle stable et confortable, et pour toute l’organisation car toute séparation laisse des séquelles sur l’image de l’entreprise et auprès des autres salariés», commente  Chakib Benazzouz, consultant RH,.

Sincérité dans les réponses

Pour Asmaa Charaf, secrétaire générale d’IB Maroc, «l’accent est de plus en plus mis sur le comportement, les motivations et les aptitudes, trois facteurs qui renseignent sur la personnalité du candidat, des paramètres qui ne changent pas, contrairement au savoir-faire qui, lui, peut s’acquérir».

Ainsi, l’attention sera portée en priorité sur le savoir-être du postulant, son leadership, sa communication, sa culture générale, son aisance, sa maîtrise des langues, sa prestance,….Aujourd’hui, les entreprises cherchent à recruter, plus que des managers, ses futurs leaders porteurs de visions et capables de mobiliser, autour, l’ensemble des troupes.

Aux candidats d’être également sincères dans les réponses car l’expérience des recruteurs fait qu’ils arrivent très souvent à déceler rapidement les réponses fallacieuses.