EFE Maroc veut aider 400 jeunes diplômés à  se reconvertir

Priorité aux jeunes issus de milieux défavorisés.

EFE Maroc, fondation marocaine de l’éducation pour l’emploi, membre d’un réseau international éponyme présent dans plusieurs pays arabes, dont la Jordanie, l’Egypte, la Palestine et le Yémen, vient de signer un partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) pour appuyer ses actions en faveur des jeunes à la recherche d’un emploi. Le partenariat porte sur la formation de 100 jeunes diplômés et sur l’adhésion de plus d’entreprises au réseau EFE Maroc.
En s’appuyant sur d’autres structures comme l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi et des compétences (Anapec), Manpower Maroc et diverses associations, cette fondation, créée en 2007 et déjà partenaire d’une trentaine d’entreprises, veut former environ 400 jeunes en 2010, soit autant que depuis le début sa création en 2007. Elle dispose, pour ce faire, d’un budget de 5 MDH, alimenté par des organismes internationaux de coopération.
Jusque-là, tous les jeunes diplômés, dont 55% de femmes, qui ont bénéficié des services de la fondation sont issus de milieux plutôt défavorisés. Ces jeunes, explique Nawfal Fassi Fihri, le Dg, «sont sélectionnés selon des critères précis et après une série d’entretiens pour vérifier que leur profil cadre avec les objectifs de la fondation». En effet, les candidats doivent être âgés de moins de 30 ans, à la recherche d’un emploi, et, précise le Dg, issus de milieux défavorisés. Ce dernier critère est cerné au cours des entretiens par des questions sur le revenu des parents, le nombre de frères et sœurs vivant sous le même toit ou encore d’autres critères qui déterminent la volonté du jeune lauréat de s’insérer dans le marché du travail. Et même si «le programme s’adresse à la base à des bacheliers, nous avons constaté que la plupart des candidats sont plutôt titulaires d’un Bac plus deux» , relève M. Fassi Fihri.

La formation est d’une durée de 60 à 170 heures

La plupart des lauréats déjà formés ont été insérés dans les secteurs du tourisme, des services et de l’industrie. Le but, à travers ces formations de courtes durées qui peuvent aller de 60 heures à 170 heures, est d’adapter leur profil aux besoins de ces secteurs.