e-learning : Avis de Virginie Lazrak, Consultante chez icompétences

Aujourd’hui, le e-learning se développe considérablement. En Europe par exemple, 32 milliards d’euros ont été dépensés dans le e-learning en 2011.

En 2016, ce chiffre devrait dépasser 83 milliards d’euros, soit plus que le double.

Le Maroc n’est pas en reste. Aujourd’hui, la plus grande part des formations se fait en blended. Les entreprises se sont rendu compte qu’elles ne peuvent être dépendantes du e-learning à 100%. Pour des raisons culturelles, les participants ont toujours besoin de contact humain dans l’apprentissage.

D’un autre côté, nous constatons l’émergence de nouvelles formes d’apprentissage liées aux TIC. On parle de plus en plus de mobile learning ou learning pads… Les organismes de formation rivalisent d’imagination pour intégrer les nouvelles technologies à leur offre.

D’autres tendances se sont affirmées ces dernières années comme les MOOC, serious game et autres.

Les entreprises se sont également intéressées aux COOC (corporate open online courses) qui sont attrayants par leur aspect ludique et collaboratif.

Cela a l’avantage d’être utilisé notamment dans les processus d’intégration des nouvelles recrues.

C’est aussi un outil marketing pour les entreprises qui peuvent également proposer des formations gratuites à leurs clients. Les banques ou encore des multinationales comme Microsoft le font.

Les SPOC (Small private online courses) sont également une nouvelle tendance du e-learning et qui ne tardera pas à séduire les entreprises. Alors que les MOOC s’intéressent à un large public, les SPOC sont des cours en ligne réservés à des groupes restreints. Ils sont généralement sanctionnés par des certifications ou des diplômes.

Nous avons pu prouver, en effet, dans le contexte de beaucoup d’entreprises du secteur privé, que des contenus spécifiques peuvent optimiser tout le dispositif de développement des compétences.  
Même dans le public, le e-learning s’est développé considérablement.

Ainsi, des ministères ou des ONG ont pu, grâce à cette approche, développer  des contenus sur mesure permettant de toucher des cibles très éloignées géographiquement, optimiser les délais des programmes et des projets (exemple Collab Maroc, la plate-forme d’apprentissage pour enseignants). C’est dire que le e-learning a une véritable utilité sociale dans notre contexte.