Discrimination à  l’embauche : Avis de Chantal AOUNIL, Responsable recrutement à  Bil Consulting

C’est dans la diversité qu’on crée la richesse.

La Vie éco : Peut-on parler de discrimination à l’embauche ?
Chantal Aounil : Il faut faire la distinction entre la discrimination et la sélection restrictive. La première suppose un manque d’objectivité et de justification valable concernant le traitement d’une candidature tandis que la deuxième est un processus tout à fait normal qui est inhérent à l’environnement du poste et des contraintes de l’entreprise. Exemple : pour un poste d’agent de sécurité, il est tout à fait normal de privilégier des personnes à forte corpulence ou de grande taille. De ce fait, les candidats à petite taille sont exclus d’office.
La sélection restrictive peut émaner aussi des candidats qui s’auto-excluent de certaines offres parce qu’elles ne correspondent pas à leurs attentes ou à leurs convictions. Je donnerais l’exemple du travail de nuit ou le fait de travailler dans une entreprise de jeux de hasard ou autre.
Ceci dit, la discrimination existe même si elle n’est pas affichée clairement dans les entreprises. Physique peu agréable, obésité, couleur de peau, régionalisme…, de tels aspects ne passent pas inaperçus. Mais c’est rarissime. Il y a peut-être un effort de sensibilisation à faire pour que tout le monde prenne conscience de ces discriminations inconscientes.

Sur quoi s’appuie cette discrimination ?

Elle se base principalement sur des préjugés ou stéréotypes. On imaginera qu’une candidate à forte corpulence ne fera pas l’affaire dans un poste d’assistante car dans l’imaginaire des gens, on va plutôt privilégier l’image fantasmatique d’une assistante sexy. Ou encore, le fait qu’un candidat d’origine africaine ne pourra pas occuper un poste de front office.

Parmi les critères suivants, lesquels retenez-vous lors des entretiens d’embauche : la façon de se présenter, l’apparence physique générale, la façon de parler, l’accent, l’existence d’un handicap… ?
On ne retient aucun critère discriminant. En tout cas, pas de critère qui va à l’encontre de la réalisation du poste. En tant que cabinet de recrutement, nous avons pour rôle de placer justement les candidats dans les entreprises et ce, quelle que soit leur différence. C’est dans la diversité qu’on crée la richesse. Nous mettons l’accent sur la compétence avant tout. C’est ensuite à l’entreprise cliente de juger les candidats.
Pour notre part, nous conseillons constamment les candidats de soigner leur image et leur expression orale, qui sont très importants lors des entretiens. La première impression est souvent déterminante lors des entretiens.