« Dire à  mon boss tous ses défauts ! »

D’habitude, c’est le numéro 1 qui évalue son subordonné mais moi je voudrais faire l’inverse, et établir un feedback de mon Boss. Il est compétent, mais côté comportement, il a beaucoup à  apprendre. C’est vrai qu’il s’emporte très/trop facilement, est trop souvent injuste et nous surcharge de travail à  un point quasi insupportable. Alors il faut bien que quelqu’un se dévoue et OSE lui dire tout ça parce que les autres ne sont que des béni-oui-oui qui acquiescent à  toutes ses remarques des plus insensées aux plus brillantes !

TANGER – M.D.

Tout d’abord BRAVO pour votre franchise ! Il est tellement rare de nos jours de voir des personnes se lancer dans ces «moments de vérité» ! Maintenant, si vous avez en face de vous une personne réellement intelligente émotionnellement, alors oui, foncez ! Dans le cas contraire, sachez qu’il est des batailles qu’il vaut mieux perdre avant même de les commencer…

Votre boss a de la chance !

Votre boss a de la chance.
Car avoir la chance qu’un collaborateur dise vraiment ce qu’il PENSE à son sujet ne sera qu’une magnifique opportunité pour lui d’AVANCER !
Peu de «boss» le comprennent vraiment, même si dans les discours ils se plaisent à répéter qu’ils sont à l’écoute et AIMENT recevoir des remarques de leurs équipes, dans les faits les choses se passent rarement ainsi…

Si vous savez vous y prendre…

Si vous voulez que cet entretien soit constructif, cela dépendra largement de votre façon d’aborder la «problématique».
Alors, règle n°1 : hiérarchisez et priorisez vos «commentaires», ne dites pas forcément TOUT du premier coup et contentez-vous de vous focaliser sur les points marquants et pour lesquels vous avez des preuves imparables (par exemple une réunion à laquelle vous avez assisté avec lui, une décision de sa part impliquant directement votre travail…).

Règle n°2 : ne vous laissez pas emporter par le côté droit de votre cerveau, donc vos émotions, sinon vous risqueriez de partir sur des jugements hors sujet et à la limite peu crédibles.
Règle n°3 : respectez votre interlocuteur. Vous pouvez être en désaccord avec lui, mais ça ne vous empêche pas de rester dans une logique de politesse et de respect.
Règle n°4 : ne lui donnez pas de conseils à moins qu’il ne le demande, ce n’est pas un enfant, il sait probablement comment rectifier le tir. Et enfin, CHOISISSEZ le bon timing et le bon endroit.

Ce qui se dit dans son bureau reste dans son bureau

Après cet entretien, ne vous attendez pas à un plan d’action immédiat et surtout à des résultats visibles dès les premiers jours, c’est comme pour un régime : il faut des semaines avant que l’entourage s’aperçoive d’un changement sur notre silhouette. Alors, même si pour lui, et surtout s’il a décidé de changer, il ressentira ces «changements» plus tôt, soyez donc patient… Mais dans tous les cas et dans l’euphorie de cet entretien, vous pourriez être amené à vous «épancher» sur votre moment de «gloire» avec le boss auprès de certains de vos collègues… Alors STOP, n’y pensez même pas ! Ce qui se dira dans son bureau restera au même endroit, un feed-back de ce type et dans ce contexte se doit être SECRET.
Et qui sait ? Peut-être que ce sera votre boss lui-même qui racontera d’ici quelques mois cet entretien et encouragera tous les autres managers à demander un feed-back à leurs collaborateurs, un joli exemple…d’exemplarité. N’est-ce pas ?