Culpabilité, traumatisme… à  l’origine de votre difficulté

Culpabilité de dire, conflit intra-psychique, traumatisme antérieur… Plusieurs facteurs personnels peuvent être à l’origine de la difficulté à dire non. «Certaines personnes sont incapables de le dire car, inconsciemment, cela renvoie à une expérience personnelle antérieure», souligne Saâd Benkirane. Pour d’autres, c’est la culpabilité qui les empêche de refuser parce qu’ils l’éprouvaient dans leur enfance face à un parent exigeant ou autoritaire.
De même, certaines personnes refusent d’intégrer le non par souci d’être aimé. C’est pourquoi il faut aller chercher les origines de cette difficulté. «Il y a des moments de communication très importants dans la vie d’une entreprise», souligne le DG du cabinet Idoine.
Si on a le sentiment que cette difficulté bloque le processus du développement personnel, il faut recourir aux ressources internes avec l’aide de l’environnement pour surmonter le handicap, ou encore se faire assister, si on a le sentiment de ne pas pouvoir y arriver. Le coaching peut être un bon moyen pour atteindre l’objectif. Dans d’autres cas, c’est la psychothérapie qui est utilisée si la difficulté est plus profonde. «Certains refus peuvent découler de traumatismes vécus durant l’enfance. C’est pourquoi
la psychothérapie aide à éclaircir le vécu pour mieux appréhender le futur», note-t-il