CrossKnowledge dresse les tendances du digital learning en Europe

Formations métiers, conformité réglementaire ou encore management et leadership, le digital learning a plusieurs champs d’application. L’agilité des collaborateurs face aux incertitudes des marchés figurent parmi les avantages du digital learning.

CrossKnowledge, leader des solutions de formation à distance, signe la deuxième édition du Benchmark européen du Digital Learning, co-réalisé avec Féfaur, un leader européen du conseil indépendant en stratégie Digital Learning. Ce benchmark dresse une analyse complète des usages de la formation digitale dans les grandes entreprises européennes : bénéfices attendus par les entreprises, contributions au business, principaux publics cibles touchés dans les entreprises, champs d’application, types de contenus utilisés, attentes vis-à-vis du Mobile Learning, freins rencontrés….

Au sein des entreprises, les dispositifs de digital learning sont devenus essentiels pour s’adapter aux évolutions du marché et à son environnement.

Pour 68% des répondants, le digital learning permet de développer l’agilité des collaborateurs pour faire face à l’imprévisibilité des marchés, aux ruptures en cours (qui trouvent souvent leur origine dans le digital), à la confirmation d’une nouvelle relation client, à l’émergence de nouveaux concurrents et de modèles économiques inattendus…

Faire face aux évolutions du marché et maintenir la performance opérationnelle

Les entreprises sont également conscientes que le digital learning est une réponse rapide aux évolutions réglementaires auxquelles elles doivent se soumettre. En effet, former rapidement un grand nombre de salariés est possible par des dispositifs digitaux adaptés.

Autre contribution du business que l’étude met en lumière : la performance opérationnelle. En effet, pour 63% des entreprises, le digital learning est un support majeur pour la performance de ses collaborateurs et ce, au quotidien.

Les projections présentées dans l’édition 2011 du benchmark se confirment: 37% des entreprises prévoyaient de former plus de 50% de leurs salariés via un dispositif de e-learning à l’horizon 2013. En 2014, elles sont 36% à déclarer l’avoir fait.

Une croissance exponentielle du digital learning

Ainsi, si les prévisions à l’horizon 2017 se confirment, ce seront 66% des entreprises qui auront proposé à leurs salariés des formations en e-learning. On peut ainsi envisager que 2 entreprises sur 3 auront formé plus de 50% de leurs salariés en e-learning d’ici 2017.

Pour assurer le succès de ces dispositifs d’envergure, l’implication du management de proximité devient alors essentielle pour les entreprises (+20% par rapport à 2011).

Un soutien majeur pour l’efficacité commerciale

Le manager doit veiller à l’adéquation du choix de la formation avec les besoins réels de ses collaborateurs et à l’acquisition des compétences nécessaires.

Tous les publics sont maintenant concernés par des offres de formations en e-learning. Parmi ces offres, dont la palette de dispositifs et les modalités s’élargissent, le Blended Learning (94%) ainsi que les contenus en libre accès (84%) restent majoritaires.

Répondant à des objectifs de rationalisation et d’optimisation des coûts associés à une rapidité de déploiement, le e-learning séduit les entreprises, et ce, à tous les niveaux. Cela se traduit par une généralisation du digital learning sur tous les champs d’application : formations métiers (65%), conformité réglementaire (58%) ou encore management et leadership (52%).

Plus spécifiquement sur les publics, c’est la force de vente qui bénéficie aujourd’hui le plus des dispositifs de digital learning. Le e-learning est en effet particulièrement adapté aux besoins de cette population de l’entreprise : rapidité de déploiement (en phase avec les lancements de nouveaux produits) ou formation large de tous les vendeurs (nouveaux arrivants inclus) sur différents sites en parallèle.

Source : indicerh.net