Création d’entreprise : Questions à  Aziz Slaoui, DG du cabinet Groupe Eurex

« Les jeunes créateurs ne se soucient pas des obligations légales et se concentrent surtout sur l’aspect commercial. »

La Vie éco : Quels sont les préalables pour créer une entreprise ?

Beaucoup de projets d’entreprise sont mal préparés. Les porteurs ont peut-être une expérience significative dans leur domaine d’activité, une idée de leur projet d’entreprise mais ne savent pas comment entamer la procédure. Bien qu’ils aient mis en place une véritable stratégie avec une étude de marché, un business plan et autres, ils oublient de se poser les bonnes questions.
Notre métier, en tant qu’expert- comptable, est d’accompagner les jeunes dans la création de leur entreprise. Notre intervention se décline en deux phases :
• Aide dans le choix de la forme juridique de l’entreprise. Les formes les plus répandues sont personne physique et SARL.
• Répondre aux questions des créateurs en ce qui concerne les obligations fiscales et comptables (la manière de tenir la comptabilité, les déclarations fiscales…) et les obligations juridiques ( PV d’assemblée générale ordinaire de fin d’année, modifications statutaires…). Ce qui est étonnant, c’est que les jeunes créateurs ne se soucient pas de ces obligations et se concentrent surtout sur l’aspect commercial (comment générer beaucoup de chiffres d’affaires tout en minimisant les charges y compris l’impôt sur la société). Il y a un autre aspect qui est négligé par les créateurs : la gestion de la société. C’est pourquoi il est important de bien définir ses besoins financiers et ses attentes en termes de gouvernance.
Par exemple, pour ce qui est de la gérance, beaucoup ne savent pas s’il faut avoir des associés ou pas. Si c’est le cas, faut-il procéder à une signature conjointe ou séparée? Autre exemple : faut-il opter pour un siège social ou plutôt une domiciliation ? Certaines activités par exemple exigent que l’on dispose d’un siège social pour bénéficier notamment de certaines mesures fiscales.
Je pense que tout projet d’entreprise part d’une idée, une bonne étude de marché et un bon partenaire pour vous conseiller sur les étapes à suivre. Quand ces éléments sont réunis, on peut dire que le risque d’échec peut être atténué.

Justement, quelles sont les questions que doit se poser tout entrepreneur débutant ?

Quelle que soit l’origine du projet de création, il est indispensable, pour un créateur d’entreprise de vérifier sa cohérence avec son projet personnel pour se donner un maximum de chances de réussite. Et comme je l’ai souligné précédemment, l’aspect gestion d’entreprise est primordial (tenue de comptabilité, obligations juridiques…).

Le problème du financement reste prépondérant pour bon nombre d’entrepreneurs, quelles sont les solutions qu’ils peuvent avoir ?

Il est vrai que beaucoup suivent le système classique, à savoir recourir à la banque, et c’est la grande difficulté, surtout dans la phase pré-création. Tous les programmes de financement qui existent sont destinés principalement aux entreprises existantes.
Ceci dit, dans le monde professionnel, on parle de plus en plus de modes alternatifs de financement qui se développent peu à peu. Aujourd’hui, il existe les fonds d’investissement, les business angels…
Certains programmes d’organismes internationaux comme la Banque Mondiale ou la BIRD peuvent également financer certains projets.
Pour encourager l’entreprenariat, il faut mettre en place des mesures incitatives. Par exemple, en France, Pôle Emploi permet à tout chômeur créateur de bénéficier d’une exonération de charges sociales pendant un an.