Comment les managers voient la fonction RH

Son importance est reconnue, mais la fonction peine à  acquérir sa dimension stratégique. La DRH très attendue dans la résolution des problèmes sociaux.

Que pensent les managers de la fonction RH ? Apporte t-elle une valeur ajoutée ? Contribue-t-elle au développement de l’entreprise? Est-elle réellement stratégique ? Il y a quelque temps, une enquête du cabinet Diorh montrait encore le manque de légitimité de la fonction aux yeux des dirigeants d’entreprise. Il est vrai que dans ladite enquête, elle est citée parmi les trois premières fonctions stratégiques. Mais quand il s’agit de préciser ses principales missions, une majorité des dirigeants citent en premier lieu la gestion administrative, la paie, la conformité sociale ou les relations avec les partenaires sociaux.

La prise de conscience de ce décalage semble cependant réelle. Patrons et DRH s’entendent sur les attentes prioritaires à savoir l’alignement de la stratégie RH avec celle de l’entreprise. Les témoignages recueillis auprès de quelques managers montrent que les compétences de leurs collaborateurs sont devenues un élément-clé de différenciation concurrentielle. Et donc, le rôle de la fonction RH est d’anticiper et de développer les compétences et les emplois de l’entreprise. D’ailleurs, ces mêmes entreprises font usage de plus en plus d’outils modernes de gestion des ressources humaines : le recrutement se professionnalise ; la rémunération s’individualise de plus en plus ; l’utilisation de systèmes d’évaluation des performances se généralise ; la formation devient un élément-clé du développement des compétences … Et donc, ils sont convaincus de l’importance de la fonction.

L’organisation et le capital humain sont les armes concurrentielles qu’ont encore les entreprises

 Pour Mohamed Chahad, DG de Bricoma, «le DRH n’est plus le seul acteur de la gestion des ressources humaines. Le manager a un rôle essentiel à jouer dans le développement des parcours professionnels de ses collaborateurs. Du moment qu’il gère une équipe, il se doit d’être en quelque sorte un “DRH” pour son équipe».

De même que la fonction RH est également attendue dans la résolution des tensions sociales, du fait de la prise de conscience de la possibilité de prévenir les conflits sociaux.

De ce fait, les managers veulent que la DRH joue son rôle de régulateur et humanise les relations  professionnelles. Ce qui semble très important pour Omar Benaini, consultant associé chez LMS ORH. «Les seules armes concurrentielles dont disposent encore les entreprises sont l’organisation et le capital humain. Dans ce contexte, l’entreprise doit évidemment intégrer la dimension humaine dans l’élaboration de sa stratégie», souligne-t-il.