Comment le Crédit Agricole a fait sa révolution RH

Le groupe compte recruter 150 personnes par an.
600 collaborateurs ont déjà  suivi des formations dans l’académie ouverte en 2009 n Crédit immobilier à  2,75% et couverture sociale complète pour tous.

Pour exister dans un secteur très concurrentiel, comme le secteur bancaire, il faut des compétences. Conscients de cet impératif,   le management du Crédit Agricole a lancé une véritable refonte avec des actions déclinées dans le plan «Gcam Social» 2008-2012. L’un des axes majeurs du chantier concerne le recrutement et la formation des cadres. En devenant une société anonyme en 2004, la banque devait déjà faire face à plusieurs handicaps : sureffectif, bas niveau de qualification, vieillissement des effectifs… Par conséquent, une première opération de départs volontaires fut lancée en 2000 pour près de 1 000 personnes. Dans le même temps, le groupe a procédé à de nouveaux recrutements pour faire face au développement du réseau bancaire mais aussi pour préparer la relève. Avec l’objectif d’ouvrir 30 agences par an pour arriver à un total de 500 agences d’ici deux ans, il sera recruté en moyenne 150 personnes chaque année. Déjà, l’année dernière, la banque a procédé à une centaine de recrutements  pour 90 départs en retraite. Actuellement, le groupe compte 3400 personnes.
Autre chantier en cours : la formation. Une académie de formation pour l’amélioration  des compétences a été ouverte en 2009.
Dans un premier temps, un plan de formation a concerné les directeurs d’agence, chargés de clientèle et chefs d’opérations guichet. A ce jour, plus de 600 personnes ont été formées. «A terme, nous comptons développer des partenariats avec des écoles de commerce locales ou internationales pour pouvoir bénéficier des formations diplômantes, genre MBA», souligne Meriem Idrissi Kaitouni, directeur du pôle capital humain. Il faut savoir que le budget alloué à la formation se situe autour de 8 MDH.

Logement pour tous

Le système de rémunération a également été au centre des préoccupations du groupe. A commencer par la refonte du système. «Le chantier était de taille puisque, jusqu’à une certaine période, nous utilisions quatre systèmes de paie en même temps, celui des statutaires du Crédit Agricole (ex-CNCA : ndlr),  du personnel de la Banque marocaine de l’Afrique et l’Orient (BMAO), celui du personnel de la Banque nationale du développement économique (BNDE) ainsi qu’un autre système de paie pour les contractuels. Aujourd’hui, nous avons fusionné ces systèmes en un seul, qui est évolutif, qui privilégie le mérite et qui se base sur un système d’appréciation des performances», note Mme Idrissi. Il est également question de mettre en place cette année un système de rémunération variable qui privilégie la performance individuelle et collective. Par ailleurs, tout le personnel bénéficie désormais d’une couverture sociale complète qui comprend la CNSS et une retraite complémentaire. Au niveau des actions sociales, le groupe avait également lancé l’opération «Logement pour tous» avec des taux préférentiels de 2,75% pour des montants allant jusqu’à 800 000 DH et 3% au-delà. Autre nouveauté mise en place, l’instauration d’une commission de dialogue sociale chargée de suivre la mise à niveau des conditions de travail. «Une tournée se fait périodiquement dans chaque agence pour évaluer les problèmes rencontrés, avec la participation du directoire qui est impliqué dans cette commission», conclut Mme Idrissi.