Comment ils vivent la connectivité à  plein temps

Témoignages Selma Assari, Consultante en communication, et Abdelali Fahim, DG du cabinet Intellia.

Selma Assari, Consultante en communication : «Le fait de rester connecté est parfois une obligation»

Aujourd’hui, les nouvelles technologies font partie intégrante de notre quotidien. Je l’avoue, moi-même, je ne peux m’en passer. Lorsque j’étais directrice marketing dans un grand groupe, je voyageais beaucoup, surtout à l’international. Par conséquent, j’étais obligée d’être connectée avec l’équipe, les partenaires…, que ce soit au Maroc ou à l’étranger. Sinon je risquais de passer à côté d’informations nécessaires et pouvais être jugée sur ma réactivité. Aujourd’hui encore, puisque je travaille à mon compte, je dois être joignable à tout moment.
Ceci dit, il faut le reconnaître, ces outils de communication peuvent créer une certaine dépendance qui, malheureusement, déséquilibre la vie familiale. En ce qui me concerne, je me fais un point d’honneur de ne pas consulter ma messagerie ou d’éteindre mon portable lorsque je suis en vacances ou en week-end. Mais je ne coupe pas totalement avec le monde professionnel. Par exemple, pendant les vacances, je prévois des plages horaires pour le travail.

Abdelali Fahim, DG du cabinet Intellia : «Il faut prendre le temps de se déconnecter volontairement»

De par notre domaine d’activité qui est la mise en place de solutions informatiques, j’admets que j’utilise beaucoup ces outils (Laptop, smartphone, tablette…). Ils sont nécessaires parce que le besoin existe. On peut parler de veille (veille technologique, business…), de recherche d’informations, de traduction rapide, de lecture de la presse électronique, de l’utilisation de la messagerie électronique, de la communication en temps réel (BBM par exemple), et ce, via le web.
Evidemment, ces outils envahissent notre vie privée si nous ne faisons pas attention. Une des actions les plus difficiles est de prendre l’habitude de ne traiter ses emails qu’à un moment précis. Le fait d’être joignable à tout moment est aussi une contrainte à laquelle il faut faire face. Mais comme notre activité nous oblige d’être réactifs face aux attentes des clients, les collaborateurs qui sont en astreinte doivent rester prêts en cas d’urgence.
Toutefois, pour le week-end, le principe est que les collaborateurs doivent se reposer et venir en forme le lundi.
Pour ma part, j’essaie au mieux de limiter l’usage des outils. Le soir, quand je rentre, je me déconnecte en mettant mon smartphone en mode silencieux pour me consacrer à ma famille ou pratiquer des hobbies.
C’est important de prendre des moments pour soi en se déconnectant volontairement sinon on devient des esclaves de ces outils et on ne maîtrise plus sa vie privée. Il existe une autre solution cependant : éviter d’emmener du travail chez soi, sauf s’il y a des charges exceptionnelles.