Comment ils procèdent pour éviter les déperditions

Brahim Zriba
Directeur associé de Progress Partner
«Je m’assure constamment du feed-back»
«Dans toute décision ou information importante à faire circuler, l’essentiel est de concevoir un message qui informe, sensibilise et donne envie d’adhérer. Notre structure est assez petite en terme d’effectifs. Donc, la communication est assez fluide. Chacun peut se déplacer directement chez son interlocuteur pour communiquer sur tel ou tel sujet. Ce qui n’est pas le cas, peut-être, dans les grandes entreprises où il faut s’assurer que tous les maillons de l’entreprise participent à la circulation de l’information. Pour ma part, je privilégie énormément le contact direct. Il est riche en partage de connaissances mais aussi de chaleur humaine. L’écrit est rarement utilisé, surtout en cas de mise en place de procédures formalisées.
Et dans tout processus de communication, il faut toujours s’assurer du feed-back. Le message est-il bien passé ? Qu’est-ce que mes collaborateurs ont besoin de savoir pour comprendre la réalité qui fonde mon choix ? Que ce soit dans les moments de crise ou d’euphorie, il faut savoir passer le bon message en impliquant et en communiquant via les moyens les plus simples.»

Ahmed Kouddane
Directeur associé de Synthèse Conseil
«Tous les collaborateurs doivent être au même stade de compréhension»
«Sans méthodologie, la communication n’a pas d’effet positif en interne. Cela suppose au préalable une clarification des objectifs pour chacun des collaborateurs. Mettre en place une démarche qualité facilite notamment la circulation de l’information. Projet d’entreprise, nouveaux clients, nouvelle organisation… à chaque nouvelle étape en interne, il faut savoir préparer le message et le faire circuler correctement et de manière à ce que tous les collaborateurs soient au même niveau de compréhension. Ecrit autant qu’oral, les deux canaux sont utilisés. De même, nous organisons des séances de formation pour pouvoir véhiculer des messages importants.

Par contre, faire passer un message sur un aspect GRH peut parfois être mal interprété. Expliquer à un collaborateur qu’il devra travailler autrement ou qu’il ne peut être augmenté ou promu peut être mal perçu. Il faut beaucoup de doigté. Une communication laborieuse peut laisser des traces.»