Comment ils ont trouvé leur job

Aziz Razouki Responsable comptable
«Je suis passé par un site web»
«Les candidatures spontanées : c’est la première chose qui vient à l’esprit lorsqu’on sort des bancs de l’école et qu’on s’apprête à se lancer dans la vie professionnelle. On cible le maximum d’entreprises pour essayer de décrocher au moins quelques rendez-vous. J’ai envoyé mon CV aux grandes entreprises surtout dans le secteur financier puisque je suis de formation financière.
Malheureusement, il n’y a pas eu de réponse. Généralement, le profil ne correspondait pas aux attentes des entreprises. Elles demandent toujours des candidats expérimentés, notamment dans des secteurs particuliers. Or, c’est toujours difficile pour quelqu’un qui débute. Je suis ensuite passé par le web en déposant quelques CV sur Menara. Cela a fini par marcher puisque j’ai réussi à décrocher quelques rendez-vous. L’un d’eux s’est finalement concrétisé. Grosso modo, j’ai mis près de trois mois pour décrocher mon premier job. Le plus important est de ne négliger aucune piste.»

Lamya Kadiri Cadre bancaire
«Mon voile m’a beaucoup gênée»
«Après quelques mois de repos, j’ai repris récemment le travail. D’habitude, je procède par candidatures spontanées pour chercher du travail. Mais là, j’ai particulièrement ciblé une entreprise avec laquelle j’avais eu des contacts permanents dans le cadre du travail. Ils connaissaient parfaitement mon profil et surtout ma façon de travailler. Ils n’avaient donc pas besoin de me tester. Ceci dit, lors de mes précédentes recherches, j’ai toujours buté sur des refus à cause de mon voile. Certains me l’ont clairement exprimé lors des entretiens.»

Mohamed Fares Contrôleur de gestion
«Je m’appuie sur les réseaux»
«J’ai toujours utilisé les réseaux pour chercher un job. C’est plus efficace et plus rapide, surtout lorsqu’on envisage de changer d’air le plus rapidement possible. C’est aussi important dans la mesure où vos relations peuvent vous donner la bonne information, voire vous recommander pour un poste… De nombreux emplois cachés ne sont accessibles que par le bouche-à-oreille ou par cooptation. C’est donc en activant son réseau qu’on multiplie les chances de tomber sur la bonne information.»

Samir Abbadi Coordinateur dans une société d’études
«Au départ, j’ai opté pour les PME, plus souples dans la prise de décision»
«Il faut oser. C’est le conseil que je peux donner à tous ceux qui cherchent un emploi, jeune diplômé ou pas. Etant de famille modeste – mon père est un petit fonctionnaire -, je savais dès le départ que je ne pouvais compter sur personne pour trouver un emploi. Après la licence, j’ai tout tenté sans succès. Je me suis donc résolu à poursuivre mon troisième cycle. Après mes deux certificats de DES en gestion (économie et finances) et sachant que j’étais plus aguerri, j’ai commencé à frapper à toutes les portes tout en préparant mon mémoire. Mon objectif n’était pas de trouver un emploi tout de suite, mais un stage. Comme les procédures sont assez lourdes dans les grandes entreprises, j’ai opté pour les PME de façon à pouvoir rencontrer très rapidement les patrons. C’est ainsi que j’ai trouvé, après entretien, un emploi dans le service financier d’une petite entreprise agroalimentaire. Cependant, les perspectives étant peu prometteuses, je me suis décidé à répondre à des offres d’emploi et à envoyer des candidatures spontanées. La chance m’a souri : une société d’études en démarrage, qui cherchait des diplômés en économie, m’a convoqué. Nous n’avons pas eu de difficulté à nous entendre sur les conditions financières et les possibilités d’évolution. Je n’ai pas été déçu parce qu’en mettant un pied dans ce secteur, j’ai élargi mon champ de compétences. Depuis 17 ans, j’ai pu faire avancer ma carrière régulièrement en changeant deux fois d’employeur. En somme, je trouve qu’il faut avoir de l’ambition au départ, bien se préparer (s’assurer de ses compétences) et éviter d’être trop prétentieux. L’essentiel, c’est de mettre un pied dans le monde de l’entreprise et de saisir par la suite les opportunités qui se présentent.».