Comment ils ont réussi à  améliorer leur anglais

Khalid Mekouar Informaticien
«Je voulais avant tout améliorer mon vocabulaire»

Dans l’univers de l’informatique, tout passe par l’anglais : les clients, la documentation technique, les déplacements en pays anglophones fréquents. Aussi, j’ai tenu à suivre une formation qui me permet d’avoir plus d’aisance dans la communication. L’important est d’améliorer mon vocabulaire. Les résultats sont plutôt encourageants. Je me suis aperçu que je faisais moins d’erreurs qu’auparavant. Maintenant, je comprends sans problème les nombreux courriers et magazines techniques rédigés en anglais.

Fouad Chraïbi Analyste financier
«Dans notre domaine, la maîtrise de l’anglais est indispensable»

Je suis lauréat d’une école de commerce de la place. Bien sûr, j’ai eu à faire de l’anglais ( 5 heures par semaine). Mais, une fois dans la vie active, je me suis rendu compte qu’il me fallait encore beaucoup m’améliorer. En effet, nous recevons beaucoup d’investisseurs potentiels de pays anglo-saxons, avec lesquels on ne communique qu’en anglais. Le courrier qu’on leur transmet est également rédigé dans cette même langue.
A mon avis, il est presque indispensable de le maîtriser, sinon on risque tout simplement de stagner. Heureusement que j’ai compris dès le départ qu’il fallait s’y mettre. J’ai alors pris l’initiative de payer de ma poche des cours de soutien dans un centre de langue.

Bahia Badraoui Responsable communication
«Le séjour à Londres a été enrichissant»

J’ai eu l’occasion de faire un séjour linguistique à Londres. C’était à titre personnel parce que je voulais améliorer mon anglais. L’avantage est qu’on apprend rapidement. C’est aussi un partage d’expériences avec des gens d’autres cultures. J’ai côtoyé des Pakistanais, des Indiens, des Finlandais… Je me suis efforcé de ne parler que l’anglais, même si je pouvais communiquer en français ou en arabe avec certains. Mais avant d’entreprendre ce genre de voyages, il faut qu’on ait d’abord des notions de base dans cette langue.

Souad Souiri Cadre juridique
«Notre entreprise se met à l’anglais une fois par semaine»

Nous travaillons beaucoup avec des partenaires étrangers, que ce soit en Europe, en Asie ou en Afrique dont la plupart sont anglophones. Il nous était nécessaire de maîtriser la langue de travail. Négociations, courriers, rédaction des contrats…, tout doit être bien soigné. J’étais débordé au début lorsque je venais d’intégrer la société. Même avec un bon niveau , il m’était difficile de bien assimiler le courrier que je recevais.  Finalement, j’ai fini par suivre des cours à raison de 3 heures par semaine. D’ailleurs, c’est une politique obligatoire chez nous. Tout le monde doit suivre la formation, du directeur général jusqu’au coursier. La formation se fait par roulement de groupes de dix personnes. Pour couronner le tout, nous avons décrété une journée par semaine où la communication se déroule uniquement en anglais. Il n’est pas question de placer un mot en arabe ou en français. C’est pratique et amusant à la fois puisque cela nous permet de rentabiliser notre formation.