Comment désamorcer les conflits de territoire

Souvent, les conflits territoriaux entravent la bonne marche de l’entreprise. «C’est toujours la faute à l’autre», «C’est lui qui a commencé», «Je lui ai rendu la monnaie de sa pièce»… On ne sait pas toujours qui a commencé et quand ça finira. Il est peut-être plus sage d’arrêter les rivalités rapidement et d’employer les moyens adéquats. Comment ? Voici quelques parades. Savoir ne pas généraliser «Ce type m’agresse toujours !», problème de territoire de l’ego, «Pourquoi faut-il qu’il ne suive jamais les instructions que je lui donne ?», problème de territoire de pouvoir, de l’ego. «Il passe son temps à me contredire !», problème de territoire des idées, de l’ego. «Toujours», «jamais», «passe son temps»… voilà quelques généralisations hâtives et donc des façons de voir erronées. Il faut savoir donner aux choses une plus juste mesure. Cela change la perspective, modifie le cadre et réduit l’ampleur de l’offense dont vous êtes victime. Savoir s’expliquer Savoir s’expliquer demande beaucoup de tact. Un ton revanchard n’est pas du tout apprécié. Une bonne explication demande au contraire le calme, l’intelligence, la force tranquille, le sourire et l’humour. Exemple : «Tu es un type super et très précis d’habitude. Toutefois, sais-tu que tu viens de m’humilier affreusement (sourire gentil) en oubliant de transmettre mon message à X qui, maintenant, me prend pour un incompétent. Qu’est-ce-qu’on peut faire pour corriger le tir ?». Savoir se relaxer, destresser Les réactions immédiates sont souvent les plus venimeuses. Au contraire, une prise de recul permet de modifier le dosage de l’offense, de la recadrer et de réfléchir à la meilleure issue possible du problème. Savoir renoncer à gagner toutes les petites batailles L’offense est-elle lourde ou légère ? Nécessite-t-elle une riposte ou pas ? Quelle est la motivation de l’agresseur (délibérée ou maladroite, sans intention nuisible) ? Les réponses que vous allez apporter à ces questions vous permettront de réagir en conséquence. Si bataille il y a, passez donc à l’acte ! Savoir se remettre en cause «Ai-je fait ou dit quelque chose qui explique ceci ?», «Ai-je empiété sur son territoire ? Et si oui: quel territoire, comment, quand et pour quelles raisons ?». Dès lors, il convient d’adapter la meilleure stratégie possible : négocier ou attaquer. Savoir négocier La négociation est l’art de proposer quelque chose de désirable en échange d’une autre valeur équivalente. Exemples : «Monsieur X, je sais que vous n’êtes pas mauvais. Je suis blessé par le fait que vous m’ayez dévalorisé auprès du chef. Je voudrais que nous gardions de bons rapports parce que c’est plus agréable pour nous de travailler dans une ambiance sympathique. Comment peut-on faire pour que ce genre de problème ne se reproduise plus et que l’on s’entende à nouveau?». Tout en exposant le fond du problème, la personne offre à son interlocuteur le choix de la solution. Le but ciblé est tout à fait souhaitable : retrouver une atmosphère de bonne qualité pour les deux après avoir pansé la plaie infligée à l’ego de la «victime». Savoir faire preuve d’humour C’est connu ! L’humour permet de résoudre maintes difficultés, même les plus cocasses. C’est une arme efficace lorsque d’autres modes de fonctionnement ne sont pas adéquats. Prudence toutefois, il y a des personnes allergiques à l’humour et qui analysent largement au premier degré. Savoir contre-attaquer Il n’y a pas que les solutions pacifistes. Il faut savoir passer à l’attaque. Mais avant de le faire, posez-vous ces questions : – quelle est l’ampleur de l’incursion dans votre territoire ? – l’engagement «armé» est-il la seule solution pour résoudre ce problème ? – quel doit être l’ordre de grandeur de votre riposte ? – quelle est la stratégie de contre-attaque ? – en avez-vous les moyens ? – que gagnerez-vous si vous sortez vainqueur ? – quels en seraient les inconvénients ? – quel est le prix à payer en cas de défaite ? – avez-vous les moyens de payer ce prix, si cela se produisait ? Savoir communiquer La communication est la clé de toute inter-relation humaine et toute inter-relation humaine est communication. Il y a différentes façons de le faire : des bonnes, des moins bonnes, des désastreuses… Le talent de communicateur compte avant tout. Il permet de résoudre les malentendus et difficultés liés aux réflexes territoriaux et relationnels de la bonne manière