Comment attirer les talents vers les pays de l’Afrique subsaharienne

Les groupes nationaux font toujours face aux craintes exprimées par les cadres et leurs familles quant à  l’expatriation en Afrique.

Depuis quelques années, l’Afrique attire les convoitises. Des investisseurs du monde entier l’ont choisie pour y développer des affaires. Et la tendance s’accentue vu le potentiel de croissance que recèle le continent qui, selon les observateurs, est en passe de devenir le prochain pôle émergent. 

Ce n’est ainsi pas un hasard si de grands opérateurs économiques marocains de plusieurs secteurs (banques et assurances, immobilier, transport, services, industries…) se sont implantés, depuis plusieurs décennies pour certains, dans différents pays subsahariens. Mais pour bon nombre de ces groupes, attirer les ressources humaines vers les pays africains et les fidéliser n’est pas toujours évident. 

Donner aux candidats toutes les informations liées au contexte du pays

«Les entreprises doivent souvent faire face aux objections et aux craintes exprimées ou ressenties par les cadres et leur famille. Attirer les cadres vers les pays d’Afrique ne se fera qu’au prix d’un plan global proposant des solutions de sécurité, de confort, de vie familiale…», souligne Sophia Sebti, DG du cabinet Batenborch International Maroc. 

Une démarche d’expatriation doit être bien conçue. Premièrement, il s’agit de mettre en exergue les avantages d’une opportunité de carrière en Afrique. Une expérience à l’international au sein d’un groupe renforce le parcours professionnel et assure aux candidats potentiels des périmètres de responsabilité transversaux et diversifiés. Un facteur qui pèse dans les choix de carrière des cadres.

La démarche passe également par un processus de communication bien ficelé. Il est nécessaire de donner aux candidats toutes les informations liées au contexte du pays et c’est à eux de faire le choix de partir en toute connaissance de cause (contexte général du pays, structure sur place et poste).

Enfin, il est fondamental d’intégrer les conjoints dans ce processus de départ à l’étranger, et ce, dès le début. Ils peuvent bénéficier de structures de soutien pour éviter l’isolement dans le pays d’accueil : certaines entreprises organisent des journées d’information à destination des conjoints afin de pouvoir échanger sur les conditions de vie sur place, les activités possibles, les modalités d’inscription dans les écoles…