Comment affronter le syndrome du lundi : Avis de Khalid Derouan, Directeur administratif et financier dans un groupe industriel

Bien répartir les tà¢ches sur toute la semaine.

D’habitude, je n’aime pas les lundis matin. Avant même de reprendre la semaine, le stress me gagne le dimanche soir. Après un bon week-end reposant, je me retrouve dans les embouteillages pour accompagner mes enfants à l’école, retourner au bureau pour faire face aux instances de la semaine précédente, préparer la réunion du comité de direction ou encore à gérer les urgences.

La situation est pire si le lundi coïncide avec un des trois premiers jours ouvrables du mois car c’est la période des reportings, la clôture des comptes, l’analyse des comptes…

Le plus drôle est que cette tendance est généralisée chez beaucoup de gens. Il ne faut donc pas trop brusquer les choses ; le taux d’adrénaline montera petit à petit.

Mais une règle importante consiste à répartir les tâches pendant la semaine, surtout bien avancer le vendredi pour ne pas se retrouver le lundi avec des tâches urgentes et délicates. J’ai aussi pour habitude de m’entretenir constamment avec les collègues quand je sens qu’un dossier est bloqué, de même qu’avec les collaborateurs. Cette démarche permet de remobiliser tout le monde autour de l’objectif commun.