Coincés entre deux chefs en désaccord !

Je travaille dans une entreprise familiale, avec à  sa tête deux personnes de la même famille. Du coup, j’ai deux BOSS ! Bon, ça n’aurait pas dû poser de problèmes mais il se trouve qu’ils ne s’entendent pas entre eux. Et donc, je me retrouve à  gérer des directives contradictoires sans parler de certaines susceptibilités très difficiles pour moi à  comprendre.
Les sujets sur lesquels je travaille me passionnent mais j’avoue qu’à  certains moments je me demande ce que je fais «dans cette galère»
Que me conseillez-vous ?

Gérer UN boss est déjà très compliqué mais quand il y en a deux et qu’en plus ils ne s’entendent pas, cela devient du grand Art !
Bravo à vous pour votre courage et votre patience !

Evitez-les

Si vous devez sans cesse faire appel à l’arbitrage de l’un ou de l’autre c’est que votre périmètre d’action n’est pas clairement défini. Faites la liste des raisons pour lesquelles vous avez sollicité leur arbitrage. Et éliminez celles que vous auriez très bien pu gérer seul si votre «job description» avait été plus clair. Puis, revoyez vos périmètres d’action et proposez-leur de repartir sur ces bases-là en arguant du fait que vous serez plus «réactif» et leur ferez gagner du temps…précieux pour tous !

Tentez également de faire de même pour vos objectifs annuels. En agissant ainsi, vous n’aurez certainement pas révolutionné les choses mais vous aurez certainement réussi à éliminer de petites nuisances quotidiennes qui, à force, finissent par polluer l’atmosphère !

Vision commune

Culturellement, il nous est très difficile de «verbaliser» un conflit. La plupart d’entre nous préfèrent le fuir, même si cela est au prix de grandes «frustrations». Vos boss semblent avoir adopté un mode de communication basé sur les points de désaccord. Cela alimente le conflit certes, mais c’est leur mode de communication et vous pourrez difficilement le changer. Maintenant, soulignez à chaque fois que l’occasion se présentera les points qu’ils ont en commun : l’entreprise, sa rentabilité, les objectifs qu’ils veulent se fixer. Et essayer même (les jours de «paix») de définir avec eux LA VISION de leur entreprise. Si vous y arrivez, vous pourrez certainement les rallier à un point de vue commun lorsqu’il s’agira pour eux de se mettre d’accord sur une orientation qui devrait les rapprocher de leur vision commune !

Arbitrer un conflit

Monsieur Carnegie a dit : «Evitez les controverses, seul moyen d’en sortir vainqueur».
Et combien il avait raison ! On ne gagne jamais rien à entrer dans «la valse d’un conflit». Aussi, ne prenez jamais parti pour l’une ou l’autre des positions, restez neutre. Mais, par contre, revenez sans cesse aux fondamentaux : la vision et les objectifs de leur entreprise.
Un conflit entre deux personnes -qui plus est issues d’une même famille- est très complexe. Vous perdriez quelques plumes à vouloir vous immiscer dans ce conflit. Si vous êtes face à une directive contradictoire, renvoyez-leur la balle en leur demandant leur position FINALE ET COMMUNE.

Et n’oubliez pas tout de même qu’avoir deux boss en conflit est une très belle chance pour vous ! Rien de pire que deux associés en permanence en accord, cela crée la routine, plus sûr chemin vers la médiocrité. Et Walter Lippmann, journaliste du siècle dernier, qui a été parmi le premier à évoquer la notion de «guerre froide», l’a très bien dit : «Lorsque tout le monde pense pareil, personne ne pense vraiment».