Classement mondial des universités : le modèle anglo-saxon reste la référence

Selon le classement de 200 écoles et universités dans le monde, établi par le cabinet britannique QS, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne occupent les 15 premières places.
Aucune école ou université arabe ou africaine ne figure dans le palmarès.
La première école française pointe au 33e rang.

Pour faire de bonnes études, il faut aller aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne. C’est ce que suggère le classement mondial des universités réalisé par le bureau d’études britannique QS et qui était jusque-là publié en exclusivité par le magazine anglais Times Higher Education. Parmi les 15 premières sur les 200 classées figurent 11 universités et grandes écoles américaines et 4 britanniques. Mais Cambridge est devenue la référence en passant de la deuxième en 2009 à la première  place, rétrogradant ainsi sa concurrente du pays de l’Oncle Sam, Harvard, en deuxième position. Sans surprise, aucune université ou grande école arabe ou du continent africain ne figure dans ce classement. Il y a donc du chemin à parcourir pour les pays concernés avant d’approcher le niveau de ce qui se fait de meilleur, c’est-à-dire le modèle anglo-saxon.

Un des faits marquants est que le modèle français semble ne pas faire le poids !

La meilleure adresse de l’Hexagone en matière d’enseignement supérieur, en l’occurence l’Ecole normale supérieure de Paris, pointe à la 33e place et la deuxième, Polytechnique, qui fait encore rêver beaucoup d’étudiants marocains et de pays francophones, est 36e, le même rang qu’en 2009. Dans le classement, on retrouve l’université Pierre et Marie Curie (118e) et l’Ecole normale supérieure de Lyon (139e).

Les résultats de ce classement général, une référence dans ce domaine à l’instar du «Palmarès Shangaï», reposent en grande partie sur la réputation académique qui compte pour 40 % dans la note finale.

Cet indicateur est obtenu par le biais d’un sondage touchant différents acteurs du monde universitaire.

Cinq autres indicateurs sont utilisés :

– l’évaluation par les employeurs ( 10%) ;
– le ratio étudiants/enseignants établi par le rapport entre nombre d’étudiants équivalents plein temps et le nombre d’enseignants équivalents plein temps (20%) ;
– les citations par enseignants ( 20%);
– la proportion d’étudiants étrangers (5%)
– la proportion d’enseignants étrangers (5%).