Choisir son coach : le vade-mecum

Parcours universitaire et professionnel, ancienneté dans l’exercice du coaching, supervision fréquente…, choisir un coach pour se développer demande plusieurs pré-requis. Un coach riche en diplômes, certificats et références, mais sans la bienveillance nécessaire envers le client aura du mal à  instaurer une relation de proximité et de confiance.

Il n’est pas à démontrer que le coaching est un outil formidable pour toute personne voulant accélérer son évolution positive. C’est d’ailleurs pour cela que cette discipline, issue à l’origine du monde sportif, a trouvé une place à part entière dans notre vie de tous les jours : familiale, amoureuse et professionnelle. Il y a autant de possibilités de décliner ses variantes que les domaines d’intérêt dans lesquels les coachés (clients du coaching) veulent progresser. Au départ, il y a soit un simple désir de perfectionnement, soit un problème déclencheur, nous pouvons dire donc qu’il y a autant de coachings que de problèmes à solutionner. Ça fait plutôt beaucoup !

Une fois convaincus que le coaching est la méthode qu’il nous faut pour franchir le cap, nous sommes confrontés à une question de départ : comment trouver et selon quels critères choisir son coach ?
Pour trouver un coach, les chemins sont multiples et déjà bien balisés : les recommandations directes, les forums et les moteurs de recherche sur internet, la presse écrite, les médias audiovisuels, les publicités, etc. Le futur client n’a que l’embarras du choix. Là où les choses se compliquent, c’est au moment où il doit choisir parmi plusieurs coachs potentiellement intéressants et c’est précisément l’idée qui est à la base du présent «Mode d’emploi». En d’autres termes : quels sont les critères standard de comparaison et les bonnes questions à poser pour obtenir de bonnes réponses et opérer un bon choix par la suite ?
Pour commencer, il y a un ensemble de critères formels : vérifiez si le coach exerce au sein d’une structure juridiquement établie : le siège social (physique, pas virtuel) et la situation légale claire sont les premiers gages du sérieux. Le plus souvent, le premier rendez-vous avec un coach n’est pas une séance de travail, mais plutôt une rencontre de prise de contact direct dont l’objectif est d’expliquer les attentes mutuelles, poser toutes les questions d’organisation et clarifier le cadre du processus. C’est lors de cet entretien que vous pouvez demander au coach de vous présenter le contrat-type de coaching où il est mentionné par écrit dans quelles conditions le travail se déroulera. L’exercice du métier de coach étant soumis à une déontologie professionnelle transcrite sous forme de charte, le coach transmet ce document au futur client en même temps que le contrat-type. Cette charte traite toutes les questions-clés : la maîtrise du métier par le coach et son perfectionnement continu, la posture respectueuse du client et de ses valeurs, la confidentialité et les conflits d’intérêt, les questions financières…

Le deuxième grand groupe des critères d’évaluation s’intéresse aux compétences techniques du coach: son parcours universitaire et professionnel, ainsi que son ancienneté dans l’exercice du coaching. C’est là où vous pouvez demander de quels diplômes il est titulaire, s’il bénéficie d’une supervision professionnelle, quel établissement lui a délivré sa certification de coach. Si c’est une organisation internationalement reconnue comme ICF (International coach federation), ICC (International coaching community) ou EMCC (European mentoring and coaching council), vous y trouverez facilement les critères de certification : l’âge, le niveau d’instruction et les autres conditions requises pour accéder à la formation, le programme et le nombre d’heures de formation théorique et pratique, la charte déontologique, les noms et les parcours détaillés des coachs-formateurs, etc. Ce genre de certification permet également au client d’avoir la possibilité de recours formel au cas où la pratique du coach serait en contradiction avec le code éthique du métier auquel celui-ci avait souscrit.

C’est aussi à ce groupe de critères qu’appartient l’expérience professionnelle hors-coaching du coach, tous domaines confondus.

Votre bien-être et votre succès sont au cœur du travail d’un coach

Enfin, le troisième grand groupe de critères, et pas des moindres, ceux liés à la personnalité et à la posture du coach : est-il mesuré, courtois et discret en parlant de soi-même et des autres gens ? Est-il équilibré dans sa propre vie ? Est-ce qu’il parle naturellement ou avec des formules toutes faites ? Vous sentez-vous bien écouté et bien compris ? En un mot : inspire-t-il confiance en tant qu’être humain? Car, n’oublions pas, le plus important des outils dans le coaching, c’est le coach lui-même qui devient votre miroir de l’âme, le temps du processus.
Aujourd’hui, le métier de coach n’est réglementé dans aucun pays. Sur internet et dans la vie courante, tout le monde peut se revendiquer coach. Par contre, si vous conjuguez les trois groupes de critères susmentionnés, vous obtiendrez une image beaucoup plus précise du professionnel auquel vous vous adressez. Un simple bon communicant ou un manipulateur doué aura du mal à passer par le crible d’une certification sérieuse, tout comme il sera démasqué s’il exerce sans aucune base formelle, dans le coin d’un café. De même, un coach riche en diplômes, certificats et références, mais sans la bienveillance nécessaire envers le client, ou qui se prend pour un gourou, aura du mal à instaurer une relation de proximité et de confiance lors de l’entretien direct.

Dans une relation professionnelle et durable, vous n’avez pas besoin de prendre votre décision sur le champ, lors d’une première rencontre. Partez plutôt chez vous, muni d’un contrat-type et des standards éthiques et réfléchissez sur votre éventuel engagement. Si vous en êtes certain, faites-le savoir au coach et commencez votre parcours.

Ce qui est important à savoir, c’est qu’il n’y a pas un seul profil de coach qui convient à tous les profils de clients. Pour bien choisir, observez le cadre souple et raisonnable des trois critères: le savant amalgame du subjectif et de l’objectif, du technique et du comportemental, le tout adapté à vos propres besoins et attentes. Car n’oublions jamais que c’est votre bien-être et votre succès qui sont au cœur du travail d’un coach.