Choisir son associé : Avis de Youssef Jermoumi, DG d’IP Expert

Un manager doit travailler sur un projet commun avec un partenaire avant de s’associer avec lui.

Créer une entreprise, c’est bien. La faire vivre, c’est encore mieux. Pour cela, il faut parfois s’entourer de personnes qui vous apportent cette valeur ajoutée dont vous avez besoin. Que ce soit le fait de s’entourer de compétences complémentaires (commerciales, techniques…), le besoin d’avoir à ses côtés des managers expérimentés ayant un réseau étoffé de partenaires ou tout simplement avoir des investisseurs potentiels qui croient en votre projet. Mais avant de s’associer, il faut prendre le temps de clarifier les attentes de chacun, les besoins et les ambitions. Sans cela, une association a toutes les chances de mal finir à court ou moyen terme.
C’est d’abord se poser les bonnes questions : avez-vous réellement confiance en votre futur associé ? Comment comptez-vous renforcer cette confiance mutuelle si c’est encore flou ? Partagez-vous les mêmes valeurs ? Avez-vous la même vision à long terme du développement de l’entreprise ? Vos ambitions dans l’entreprise sont-elles cohérentes ?…
De par mon expérience, j’en suis à ma troisième association. La première remonte à mes débuts dans la vie active. A peine sorti d’une école d’ingénieurs, j’ai commencé très tôt l’entreprenariat avec quatre autres lauréats de ma promotion. Nous étions jeunes, animés par l’ambition de changer le monde, de développer de nouvelles solutions dans le domaine des nouvelles technologies… Après quelques années, la collaboration s’est rapidement délitée. Le manque de maturité professionnel, le décalage du niveau d’engagement de chacun ainsi que l’absence de partage de responsabilités ont été les principales raisons d’échec. Au final, une séparation dans la douleur. C’était pourtant une expérience apprenante sur le plan humain.

En ce qui concerne ma deuxième expérience, on était trois partenaires. On avait tous les atouts pour réussir mais l’aventure n’a pas duré. Quelques mois plus tard après la création de l’entreprise, je me suis rendu compte que les attentes en matière de complémentarité n’étaient pas au rendez-vous. C’est pourquoi je me suis retiré pour préserver l’amitié avec mes anciens partenaires. Depuis 2009, je suis avec un nouveau partenaire avec qui j’ai trouvé cette complémentarité. Je pense que l’important est qu’un manager doit essayer de travailler sur un projet commun avec un partenaire avant de s’associer avec lui.
Une association réussie, c’est un mélange subtil entre des compétences qui se complètent bien et une bonne affinité entre les fondateurs amenés à faire équipe ensemble. Je parle d’affinité professionnelle et non pas d’affinité personnelle
Je ne pense pas qu’il faut chercher son double en termes de personnalité, mais plutôt une personne complémentaire, qui va aussi trouver son propre espace d’expression et d’action, tout en partageant une vision commune.