Chasse aux objectifs : prenez le temps de rectifier le tir

Le management par objectifs c’est aussi un travail d’équipe. Il faut avoir le courage de frapper à  la porte du supérieur hiérarchique quand on sent que la situation nous échappe. La règle de base pour bien les maîtriser consiste d’abord à  se les fixer noir sur blanc.

Très souvent, la vie d’un cadre se résume à la chasse aux objectifs : chiffre d’affaires à réaliser, nombre de clients à prospecter, coûts de production à optimiser… On est même parfois obligé, sous l’œil vigilant et, très souvent, pressant de la hiérarchie, de faire des pieds et des mains pour les atteindre. Ceci dit, même si on n’est pas en fin d’année, on ne manquera pas de faire le point sur vos réalisations, pour deux raisons. La première, du fait qu’aucun secteur n’est à l’abri d’un retournement de tendance. En second lieu parce que le semestre est déjà passé, les congés sont à nos portes, Ramadan n’est pas loin. Ce faisant, il reste donc un semestre plein pour boucler l’année.

La règle de base pour bien maîtriser ses objectifs consiste d’abord à se les fixer noir sur blanc. Pour les spécialistes du management, un objectif doit être smart (réaliste, mesurable, quantifiable, gratifiant…). C’est souvent délicat, mais très souvent décisif et engageant. D’abord parce que les objectifs orientent et clarifient les tâches prioritaires de celles qui ne le sont pas. «C’est parce que souvent les ordres viennent d’en haut que les cadres acceptent ce qu’on leur demande sans se soucier des moyens dont ils disposent. Ils finissent par se démotiver», note un DRH. Si un objectif n’est pas tenable, il faut insister sur le «pourquoi» et impliquer le collaborateur dans la négociation du «comment faire» : délai, moyens…

Le management par objectifs c’est aussi un travail d’équipe. Il faut avoir le courage de frapper à la porte du supérieur hiérarchique quand on sent que la situation nous échappe. Reste que faire le point périodiquement permet bien d’éviter les mauvaises surprises en fin d’année. Pour les entreprises les plus averties, le semestre reste une période idoine pour évaluer les réalisations en cours. Cependant, peu d’entreprises accordent de l’importance à cette évaluation à mi-parcours alors que les avantages de ce moment de régulation sont énormes. L’entretien permet d’augmenter la maîtrise des contraintes et des conditions de réussite des objectifs aussi bien de la part du manager que de celle des collaborateurs. Certes, presque toutes les entreprises sont dotées de système de reporting permettant de suivre l’activité au jour le jour. Il n’en demeure pas moins que l’été, période de sous-activité pour nombre de secteurs, constitue une occasion pour engager un véritable état des lieux à mi-parcours.