Chantiers RH de la rentrée : Avis de Fouad Najeddine, DG du cabinet Teamwork Consulting

« Recrutement, préparation des entretiens d’évaluation…, beaucoup de chantiers sont en vue ».

Généralement, le dernier trimestre constitue une étape importante pour démarrer l’année prochaine. C’est le démarrage de la fixation des objectifs annuels, la préparation des entretiens d’appréciation des performances et des enquêtes de satisfaction, la finalisation des plans de recrutement et de formation…
De ce fait, les préoccupations des DRH sont de plusieurs natures.

Premièrement, la période est caractérisée par des opérations de recrutement qui concernent, le plus souvent, les métiers de vente : commerciaux, directeurs commerciaux, technico-commerciaux…
D’ici à la fin d’année, ces opérations se poursuivent même si la cadence diminue d’année en année. La création de nouveaux postes étant de plus en plus rare, même les opérations de remplacement sur des postes sensibles se réduisent de plus en plus.
La tendance des recrutements concerne également les métiers liés à l’optimisation des charges, notamment les contrôleurs de gestion car les entreprises sont de plus en plus regardantes sur la réduction des charges.

Deuxièmement, la fidélisation des hauts potentiels suscite de plus en plus l’intérêt de DRH. Aujourd’hui, des outils de gestion de cette population se mettent en place en vue de constituer des viviers de managers de demain. Ceci dit, pour attirer les talents et les convaincre, le processus nécessite d’être revu et reconstruit. L’entreprise doit surtout avoir une politique et une stratégie claire et transparente pour pouvoir les fidéliser. La fidélisation est le résultat de la motivation permanente du collaborateur, et c’est un autre enjeu important autour duquel les dispositifs RH doivent être renforcés.
Le troisième chantier important est celui des salaires. Un sujet qui est fortement lié à la fidélisation des cadres. On le voit bien, les salaires ont fortement augmenté ces dernières années, surtout dans les secteurs très concurrentiels.
D’autre part, il est clair que les entreprises se structurent, se mettent aux normes internationales et se donnent aussi les moyens de recruter des profils pointus pour des postes de direction, et ce dans tous les domaines. La nouvelle donne des entreprises c’est d’être plus attractif.
Le plus souvent, l’attractivité passe par l’actualisation du système de rémunération variable.

 

D’autre part, d’autres enjeux commencent à prendre de l’importance, notamment celui de la dimension sociale. Les entreprises qui s’en sortent sont celles qui ont conscience du rôle de régulateur de tension sociale.

Développer l’engagement, la motivation et l’implication des salariés dans un contexte d’inquiétude, de crise ou d’après crise est plus que nécessaire.

Cependant, la mobilisation des salariés nécessite que les entreprises s’engagent de façon pertinente et crédible dans tous les domaines RH.

Pour cela, il faut beaucoup de communication en interne. On pense forcément aux bulletins internes, intranet, réseaux sociaux…, mais ce n’est pas suffisant. La communication doit être dans les deux sens, ascendante et descendante.