Ce qu’ils pensent des seniors

Rachid Ghzali
DRH de la Société des Brasseries du Maroc
«Nous agissons principalement sur la mobilité interne et la formation pour gérer le maintien des seniors»
«A la SBM, la moyenne d’âge est de 40 ans pour l’effectif total et avoisine les 50 ans pour l’encadrement supérieur. C’est dire que les seniors représentent une part importante de l’effectif total. Rajeunir l’effectif serait fatal. L’impact d’une telle politique a de lourdes conséquences : pénurie de compétences, perte de savoir-faire mais aussi de culture d’entreprise. Les seniors ont un rôle important à jouer dans la préservation de ce lien historique.
Pour gérer leur maintien, nous agissons principalement sur la mobilité interne et la formation. Il est important d’adapter les postes de travail dans le cadre de la gestion prévisionnelle des emplois et compétences (GPEC). Une démarche également utile pour assurer la relève. En matière de formation, nous privilégions principalement les formations managériales, alors que la spécialisation vient au second plan. Ces actions sont importantes dans la mesure où les seniors sont préparés à prendre des responsabilités plus importantes. C’est un moyen pour les rassurer mais aussi pour éviter les discriminations générationnelles.»

Omar El Kindi Consultant
«La société marocaine n’a pas encore créé de cadre favorable aux seniors»
«L’apport des seniors est aujourd’hui indéniable. Malheureusement, la gestion des carrières dans les entreprises est insuffisante voire inexistante pour cette population. Leur situation et leur évolution sont très peu prises en compte. Ce qui entraîne une frustration aussi bien pour ceux qui restent que pour ceux qui sont appelés à partir.
Les entreprises ont aussi un rôle à jouer. Elles doivent multiplier l’utilisation des outils d’évaluation, notamment les bilans de compétences, non seulement pour évaluer mais aussi pour identifier des parcours professionnels spécifiques aux seniors.
D’un autre point de vue, la société marocaine n’a pas encore créé de cadre favorable à cette population. Le plus souvent, les seniors se mettent à leur compte ou se replient dans un cadre associatif. Ce faisant, ils ont la possibilité de trouver d’autres satisfactions personnelles, d’autres sources de motivation, de la reconnaissance, le sentiment du service rendu…»