Bilan de compétences, la marche à  suivre

Définition de la nature du besoin, identification des connaissances et expériences, élaboration du plan d’action, le bilan de compétences comporte plusieurs phases.
Il est important de renseigner l’intéressé sur le déroulement
des activités et la forme des documents qui seront produits suite à  la
démarche.

houcine berbou Consultant en organisation et ressources humaines au cabinet LMS.
Le bilan de compétences est un outil de choix pour aider une personne à  faire le point sur sa carrière et planifier son avenir professionnel. Peu importe qu’elle ait un emploi ou non, tous peuvent bénéficier d’une démarche en bilan de compétences. De nombreuses personnes ne font plus partie de la population active parce qu’elles ont perdu l’espoir de trouver un emploi. Le fait de cerner leurs compétences a un impact positif sur leur estime de soi, ce qui favorisera le développement de la motivation afin de retrouver la vie active. Une démarche en plusieurs phases. Voici l’exemple de la méthode Portfolio.

Phase I : établissement de la relation et identification de la demande
Cette phase préliminaire a pour but d’établir un contact personnalisé propice à  la relation d’aide, d’accueillir la demande du client et de l’objectif poursuivi par celui-ci, de définir clairement la nature du besoin, de vérifier si la démarche bilan est appropriée, de l’informer du déroulement des activités et de la forme du ou des documents qui seront produits suite à  la démarche.

Phase II : exploration
La phase d’exploration permet au client d’identifier ses connaissances formelles et non formelles, ses expériences de travail, ses intérêts, ses compétences et de se sentir habité par celles-ci grâce à  leur mise en preuve. Pour le client, mobiliser ses compétences implique préalablement une validation de ses acquis.
Voici les étapes que nous préconisons.
Exploration de la scolarité ;
Exploration des apprentissages non formels.
Ces 2 étapes permettent une mise à  jour des connaissances
Exploration et appropriation des compétences génériques…
Exploration des expériences de travail pour identifier les compétences spécifiques et génériques.
L’utilisation du curriculum vitae favorise cette exploration. A cela on pourrait ajouter les expériences de bénévolat, de loisirs et les événements marquants de l’histoire de vie.
Au cours de cette phase, le consultant amène le client à  avoir une représentation réaliste de ses compétences. Pour y parvenir, il faut :
Le faire travailler en introspection, car, comment peut-il analyser sa situation s’il n’est pas capable de la ramener à  lui-même ?
Créer des conflits cognitifs en relevant les incohérences qui susciteront des réflexions. Chaque réflexion amène une information supplémentaire qui doit être traitée par le système psychologique pouvant conduire à  une réorganisation de ce système.
Travailler la mise en preuve de chacune des compétences, ce qui aura des effets sur les tendances à  la surévaluation ou à  la sous-évaluation de ces compétences.
Donner des devoirs à  faire, car c’est dans l’action que le client prend en charge son projet.
Exemples de questions posées :
– Quelle formation ou quel cours avez-vous suivi depuis que vous avez quitté l’école ?
– Parlez-moi d’une réalisation dont vous êtes fier (sur le plan professionnel ou personnel) ?
– Pouvez-vous reprendre votre exemple en insistant sur vos actions ?
– Selon vous qu’est-ce qui vous a aidé à  réussir ?
– Pouvez-vous me parler d’une autre réalisation dont vous êtes fier (les sous-questions sont identiques) ?
– Parlez-moi d’une situation difficile que vous avez vécue ?
– Quels sont les apprentissages que vous avez faits suite à  cette expérience ?
– Faites-vous ou avez-vous déjà  fait du bénévolat ? Si oui, pouvez-vous me parler de ce que vous faites à  titre de bénévole ?
– Pouvez-vous reprendre votre exemple en insistant sur vos actions ?
– Parlez-moi de vos loisirs.
– J’aimerais réviser avec vous vos différentes expériences de travail.
– Pouvez-vous me décrire vos fonctions dans l’entreprise X ? (ensuite dans l’entreprise Y, Z, etc.)
– Maintenant, selon vous, quelles sont les compétences nécessaires pour réaliser ces tâches (on peut l’aider à  les identifier) ?
– Avez-vous ces compétences ?
– Si oui, pourquoi jugez-vous avoir ces compétences ?
A la fin de la 2e phase, le client devrait être en mesure de connaà®tre ses compétences génériques et spécifiques. Il aura répertorié les informations et documents nécessaires à  la construction de son bilan de compétences. Le recensement de ces informations aide le client à  définir un projet professionnel ou de formation dans lequel il se reconnaà®t.

Phase III : élaboration du plan d’action
Comme toutes les phases, elle s’inscrit dans un esprit de responsabilisation du client quant aux objectifs et aux activités pour lesquels il va s’engager. Le client doit faire partie de toutes les décisions. Si l’objectif ou l’activité ne sont pas décidés par le client, cela contribue à  diminuer l’implication du client et par conséquent les chances de réussite.
Au cours de cette phase, nous étudierons avec le client les moyens qu’il peut se donner en vue de réaliser son projet. Il faut se rappeler que le service bilan des compétences doit déboucher sur un projet d’emploi ou de formation.

Coût
Entre 8 000 et 15 000 DH pour un bilan complet

Généralement, un bilan de compétences est nécessaire à  certains moments : un tournant dans la carrière, un accident de parcours, une démotivation qui s’installe… Le bilan permet justement de faire le point sur ses acquis, d’identifier les points forts et les points faibles, de déceler son potentiel, de définir son plan professionnel, de se préparer au changement et par conséquent de mieux gérer sa carrière.
Très peu de cabinets de conseil l’assurent actuellement sur la place.
Ce sont principalement les grands groupes ou encore les entreprises publiques qui ont recours à  cette démarche dans le cadre d’une restructuration ou d’un redéploiement. Toutefois, la démarche peut être sollicitée à  titre individuel si l’on souhaite à  un moment donné rebondir dans sa carrière professionnelle.
Le coût du bilan est assez élevé. Il faut compter entre 8 000 et 15 000 DH pour une prestation complète. Si on n’a pas la possibilité de se faire rembourser à  titre individuel, on peut essayer de le faire intégrer dans le budget formation de l’entreprise.