Beaucoup d’entreprises ont adopté un comportement de crise en 2009

En matière de ressources humaines, les entreprises se sont davantage concentrées sur les problématiques de rémunération.
Les cadres hésitent de moins en moins à  changer d’entreprise.
Les entreprises en croissance sont prêtes à  faire des efforts financiers pour recruter les profils pointus.

A l’heure du bilan, Nawal Jai, consultante RH à LMS ORH, souligne que la demande des entreprises a été beaucoup plus centrée sur les problématiques de la rémunération, tandis que le recrutement et la formation continue étaient mis en stand by en raison de la crise. Elle considère qu’il y a un net regain d’intérêt pour le team building. Ce besoin se confirme d’ailleurs pour cette nouvelle année. Du côté des cadres, ce sont les classiques qui reviennent : promotion, amélioration de la situation financière, équilibre entre vie privée et vie professionnelle…

En tant que consultante RH, quelle conclusion tirez-vous de l’année 2009 sur le plan professionnel surtout chez vos clients ?
L’année 2009 a été marquée, comme tout le monde le sait, par la crise économique et financière mondiale. Si le Maroc a été relativement épargné comparativement à d’autres pays, il n’en reste pas moins que bon nombre d’entreprises ont adopté un «comportement de crise» en gelant -au moins sur un trimestre- leurs efforts en matière de recrutement et de formation continue…
En revanche, en matière de conseil RH, l’année 2009 est particulièrement caractérisée par un fort intérêt des entreprises et des établissements publics pour les problématiques rémunérations : benchmarking, refonte de systèmes de rémunération, mise en place de nouveaux modèles d’intéressement et de rétribution de la performance.
Il y a eu également un net regain d’intérêt pour des opérations de type team building : pour mieux souder les équipes et orienter l’effort et l’énergie individuels vers des buts communs, redonner du sens aux apports de chacun et motiver les collaborateurs par d’autres moyens que les augmentations de salaires…

Quelles avaient été les attentes des cadres en 2009 ?
Partant du fait que le tronc commun des problématiques que nous ont confiées nos clients étaient, en 2009, souvent orientées «gestion des haut talents», «fidélisation des cadres», «individualisation des salaires et des parcours de carrière», je ne pense pas trop m’aventurer en disant que les attentes des cadres en 2009 étaient fortement orientées vers :
– la consolidation de leur situation financière, d’autant plus que l’accès à l’information sur les benchmark salaires s’est démocratisé (publication d’enquêtes sur les journaux économiques) ;
– la recherche d’une gestion de carrière plus dynamique.
La preuve en est que les cadres hésitent de moins en moins à changer d’entreprise, dès lors qu’ils se sentent «stagner» dans leur rémunération ou leur apprentissage.
On peut presque conclure que la principale attente des cadres est… de ne pas attendre.
 
Comment voyez- vous les principales résolutions pour l’année à venir ?
Il est difficile de se prononcer sur les principales résolutions des cadres pour l’année à venir. Mais je pense qu’on ne s’éloignera pas des grands classiques !
Certains chercheront à prendre des postes de responsabilités ou à consolider leur expérience, d’autres viseront une amélioration nette et rapide de leur situation financière, d’autres, enfin, se demanderont s’il n’est pas temps de freiner la cadence et de chercher le meilleur compromis entre vie privée et vie professionnelle….

Est-ce que l’environnement actuel s’y prête ?
Tout dépend des secteurs d’activité… Certains sont en forte croissance et les entreprises qui y opèrent sont friandes de sang frais, de compétences pointues et sont prêtes à créer un environnement favorable à l’épanouissement de leurs cadres. En général, ce sont ces entreprises qui créent la «pression» sur les salaires car elles ont besoin de recruter vite et bien, ce sont également elles qui investissent fortement dans la formation continue et le développement des compétences.
D’autres entreprises, quant à elles, passent par une période plus difficile et doivent essentiellement restructurer leur organisation et piloter de près leur marge et, par conséquent, leur masse salariale et leur investissement dans le capital humain.

Pour votre part, avez-vous pris des résolutions pour ce Nouvel An ?
Franchement, ma principale résolution est de mieux organiser mon temps de travail pour pouvoir concilier vie privée et vie professionnelle tout en maintenant le même niveau de performance.
Deuxièmement, sur le plan purement technique, j’aimerais développer de nouvelles prestations RH. Je pense notamment aux nouvelles approches de team building ou encore les plans de relève ou la gestion des hauts potentiels.

Et sur le plan personnel ?
Je rejoins la première résolution, à savoir penser davantage à ma vie privée : faire de la cuisine, manger équilibré et notamment être plus active sur le plan social et culturel. Evidemment, il est impossible de tout régler d’un coup, mais il est quand même possible de se donner une petite claque pour se remettre en selle en changeant certaines mauvaises habitudes.