Aziz Taib : «Les salaires des chefs de projet ont bien évolué ces deux dernières années»

Avis d’expert : Aziz Taib, DRH de Stroc industries

Comme nous le savons, les investissements consentis durant ces dernières années ont quelque peu chamboulé les pratiques salariales. Compte tenu de la rareté des profils adéquats, les entreprises se disputaient les mêmes candidats sur le marché et la seule manière de les attirer et de les fidéliser était la surenchère. Bien évidemment, la crise financière de 2009 a bousculé toutes ces pratiques et a poussé les entreprises à réviser leurs budgets définis en début d’année.
Les principales mesures ont été le gel des embauches et des salaires ou, dans les meilleurs des cas, une baisse des augmentations de salaires. La crise a aussi permis à certaines d’entre elles d’enclencher une réflexion sur l’équilibre de la masse salariale.

Il faut souligner également que les niveaux des taux d’augmentation des salaires atteignaient jusqu’à 7 ou 8% dans les années fastes, surtout pour les cadres supérieurs et cadres dirigeants.
Aujourd’hui, on peut dire qu’il existe un renversement de situation. Les fonctions de management ne sont plus privilégiées qu’auparavant par rapport à l’encadrement inférieur. On annonçait des taux d’augmentation de 6 ou 5%, alors que l’encadrement inférieur recevait des taux d’augmentation inférieurs à 4%. Il faut dire que la baisse de l’impôt sur le revenu tout comme l’augmentation du SMIG (Salaire minimum interprofessionnel garanti), il y a quelques temps, ont arrangé les choses.
Mais de manière globale, je dirais que l’évolution des salaires ne dépassera pas les 5% cette  année pour toutes les catégories socioprofessionnelles. Pour autant, les entreprises ne vont pas s’engager sur ces taux. Elles vont le faire graduellement en fonction de l’évolution des affaires.

Par ailleurs, dans notre secteur, on a assisté depuis quelques années à une évolution palpable des salaires de certaines fonctions qui concerne principalement les ingénieurs commerciaux et les chefs de projet.
Manque de  profils adéquats sur le marché ainsi qu’un fort turn-over font que les salaires ont beaucoup évolué sur ces deux années. Pour exemple, le salaire d’un chef de projet confirmé, avec plusieurs années d’expérience, est passé de 20 000 à 26 000 DH nets, soit 20% d’augmentation. Ce qui n’est pas négligeable.

Pour cette année, nous comptons renforcer également nos effectifs avec de nouveaux profils comme les ingénieurs chargés d’affaires, ingénieurs en génie civil, ingénieurs commerciaux, ingénieurs chargés de devis mais également des profils de financiers et contrôleurs de gestion.

Au niveau des salaires, il est clair qu’il faut compter entre 25 000 et 28 000 DH nets pour un chargé d’affaires qui possède une bonne expérience.
Pour les débutants, je pense qu’il n’y aura pas de surenchère même si parfois leurs salaires peuvent être importants au départ. Ils varient de 10 000 à 13 000 DH nets. En revanche, les salaires des candidats provenant des écoles étrangères sont nettement supérieurs.