Ayoub Hakdaoui : «Certaines entreprises ont compris qu’il existe un domaine encore vierge à  investir»

Les réseaux sociaux ont séduit beaucoup d’entreprises en si peu de temps. Le succès de ces médias donne l’impression d’un effet de mode, mais le choix d’y être présent peut apporter une valeur ajoutée, si, toutefois, ce choix est bien étudié et fondé.

Aujourd’hui avec les réseaux sociaux, on peut conquérir des milliers de fans en si peu de temps. Sont-ils devenus indispensables ? Créent-ils réellement de la valeur ? Ayoub Hakdaoui, digital manager en charge du planning stratégique & online marketing chez Tribal DDB, explique les raisons d’un tel succès.

Recrutement, marque employeur, travail en réseau, outils conversationnels…, les réseaux sociaux touchent de plus en plus plusieurs domaines. Sommes-nous vraiment dans l’époque de ces outils ?

Il est encore trop tôt pour parler de démocratisation des réseaux sociaux surtout au sein des entreprises. Rappelons-nous, en 2007, c’était l’époque du lancement de Facebook, un canal pour retrouver des amis et échanger avec eux. Depuis, son utilisation va au-delà de la sphère privée.
Ainsi, depuis près de deux ans, les entreprises de télécoms ont été parmi les premières à investir ce domaine en lançant des campagnes promotionnelles ciblées (expériences promotionnelles interactives). Ensuite, la tendance a touché également d’autres secteurs comme la grande consommation, l’industrie, les banques et assurances… Les entreprises ont compris qu’il existe un territoire de communication encore vierge à approcher. Mais l’important est qu’avec le développement du web 2.0, on assiste à une nouvelle donne : le consommateur est acteur dans le processus à travers les échanges sur le web. Il n’y a qu’à voir comment certains spots publicitaires ont été supprimés du paysage audiovisuel suite aux commentaires négatifs transmis par les internautes sur les réseaux. C’est un exemple surprenant de l’efficacité des médias sociaux.

Quelle valeur ajoutée apportent-ils aux entreprises ?

ll est vrai que le succès de ces outils collaboratifs donne l’impression d’un effet de mode, mais je crois que le choix d’y être présent comme entreprise pourrait rapporter une valeur ajoutée, si, toutefois, ce choix est bien étudié et fondé.  Ceci dépend bien évidemment de ses intérêts et de ses partenaires dans un champ de 360 degrés. Certes, l’image pour l’entreprise passe via sa notoriété, mais elle doit être canalisée via le support le plus approprié par rapport à ses partenaires et son environnement car toutes les expériences ne sont pas forcément concluantes. Certaines entreprises se sont carrément cassées, vu qu’elles opèrent dans des secteurs industriels et donc très techniques, le ciblage à travers les réseaux n’était pas le canal approprié pour communiquer. Pour ce qui est des avantages, le premier, et non pas des moindres, c’est l’audience incomparable. Pour exemple, la campagne de promotion du Festival du cheval à El Jadida a connu un franc succès sur le web avant même son démarrage. En deux semaines de campagne, on a enregistré plus de 5 000 fans. On y parle beaucoup plus de la passion du cheval que de l’événement en lui-même.

Il faut savoir que dans ce domaine, il ne suffit pas d’avoir un nombre important de fans mais le fait de réaliser un important taux d’engagement, c’est-à-dire le nombre de réactions (“likes”, commentaires, partages) des fans par rapport au nombre de fans total ou au nombre de fans pour lesquels il y a eu affichage du post (exemple du Salon du cheval d’El Jadida, taux d’interaction de près de 68%, un résultat sans précédant pour une marque locale) .

N’est-ce pas aussi pour faire de la veille ?

Tout à fait ! Ces médias permettent aussi d’avoir de la visibilité, c’est-à-dire débuter sa présence en ligne et occuper le terrain. C’est un moyen de communiquer sur le lancement d’un nouveau produit ou service, sur un événement, de faire de la publicité ciblée.
Il peut être également avantageux pour accroître ses ventes en touchant une population jusqu’alors inaccessible, pour trouver de nouveaux clients et pourquoi pas  réaliser des ventes en ligne. Le réseau est aussi un outil de veille qui permet de voir ce qui se dit sur les produits et services de l’entreprise. C’est aussi un moyen de faire collaborer les utilisateurs en les impliquant dans le processus de conception d’un produit, en recueillant leurs avis, leurs suggestions, en échangeant sur les projets… Enfin, les réseaux sont un excellent outil pour réaliser des sondages d’opinion, enquêtes…, afin de mieux peaufiner sa stratégie.
 
Quels exemples pouvez-vous nous citer ?

Je citerais l’exemple de Coca-Cola Maroc, avec une campagne de communication sur les réseaux sociaux axée sur l’interactivité et la dynamique virale de la plateforme Facebook, afin de pouvoir toucher une cible jeune pour installer notre plateforme stratégique «Un Coca-Cola parfait c’est un Coca-Cola qui se boit à 3°». Nous avons lancé un jeu sur Facebook racontant cette histoire et en invitant les internautes à travers le jeu à refroidir leur Coca-Cola pour le boire à 3° et par là-même occasion gagner plein de cadeaux.
Le jeu a généré un engouement sans précédent, avec des joueurs dépassant les 300 parties pour gagner au jeu, sans parler du taux de viralité et de conversions fans du jeu.
Autre exemple, celui de la marque Nike qui a su également se montrer exemplaire sur les réseaux sociaux en activant une vaste campagne, non pas de pub mais de positionnement marketing. La marque a clairement joué le jeu pour créer un cercle vertueux et faire évoluer son positionnement. Nike a su prendre le virage des médias sociaux, mais avec une approche différente, ou cette dernière ne parle plus du produit, mais de l’univers du produit. C’est ainsi qu’ils ont décidé de lancer Nike Plus, un service permettant de “tracker” ses performances lors de jogging ou de séances d’entraînement, de partager ses résultats sur les médias sociaux et se connecter à d’autres utilisateurs de Nike Plus. Ils ont pu faire parler de Nike, l’installer dans l’esprit des gens sans pour autant parler du produit.