Auto-motivation : Questions à Nezha Hami Eddine, Coach certifiée – DG du cabinet Cap RH.

Etre ambitieux tout seul dans son coin est mauvais et peut-être source de conflits. Un ambitieux intelligent c’est celui qui travaille en synergie avec les autres.

Nezha Hami Eddine Mazili
Consultante coach – Cap Rh Maroc

La Vie éco : Très souvent, on rencontre des individus qui ont cette «pêche» d’entreprendre, cherchent toujours de nouvelles frontières et d’être maître de leur destin, qu’est-ce qui les caractérisent?

Il est vrai qu’il existe une race de fonceurs, de personnes qui prennent des initiatives, cherchent de nouveaux challenges ou qui ont besoin d’innover pour sortir des sentiers battus et se développer.

C’est certes de l’ambition qui est tout à fait normal et légitime. Mais elle doit être gérée avec beaucoup de précautions. A mon avis, il faut toujours garder en tête ses objectifs personnels tout en tenant compte de ceux de son entourage. Etre ambitieux tout seul dans son coin est mauvais et peut être source de conflits. Un ambitieux «intelligent» est celui qui va chercher à atteindre aussi bien ses objectifs que celui de son entourage. Autrement dit, il doit travailler en synergie avec les autres.

De même que ce dynamisme peut dans des cas être source de blocage comme le fait d’être sur plusieurs projets et que finalement aucun d’eux n’est atteint.

Qu’est-ce qu’il faut pour développer une mentalité de gagneur et comment entretenir cette auto-motivation ?

Je pense qu’il faut savoir adopter ou développer certaines attitudes comme la curiosité, l’intuition, l’expression libre des idées, l’écoute des autres… Il est important aujourd’hui de cultiver ces attitudes et de les partager avec les autres, d’encourager une culture favorable à l’expression des idées nouvelles, même les plus farfelues. Cela s’appelle de la créativité.

Il faut également se donner le droit à l’échec. Le fait que  vous ne pouvez ne pas réussir à atteindre vos objectifs ou réussir votre projet du premier coup ne doit pas être dramatisant. L’échec fait partie du jeu. Un sportif qui n’intègre pas l’idée qu’il peut échouer, perdre son match, ne peut gagner. Intégrer cette éventualité est indispensable pour réussir. Prendre en compte l’éventualité de perdre, va vous libérer l’esprit et vous permettre de vous focaliser sur les moyens à mettre en œuvre pour gagner.

Je pense que l’important est de définir un défi réalisable en plusieurs étapes pour entretenir sa motivation. Il n y a pas pire moyen de se démotiver que de se fixer sur des objectifs irréalisables.

A t-on besoin de se former pour avoir cette mentalité ?

Je pense que oui. Tout est possible en fonction de ses enjeux personnels. Et comme je viens de le souligner il faut accepter d’échouer pour mieux rebondir. On ne peut être parfait sur tous les plans.

Malheureusement comme souvent on le dit, de gros efforts doivent être faits pour l’éducation de nos jeunes. Les «soft skills» (compétences comportementales) manquent beaucoup à nos jeunes

En plus de cette absence de culture entreprenariale dans les écoles, le système éducatif favorise la formation des lauréats aptes à occuper des fonctions et non à faire émerger des projets porteurs.