Augmentation des salaires : Avis d’Aziz Taib, DRH dans une entreprise industrielle

La rémunération variable est un élément qui ne doit pas être négligé en période de crise.

L’année 2013 a été globalement difficile notamment dans notre secteur, l’industrie de la pièce automobile.

Bien évidemment, les budgets d’augmentation sont les premiers à être en ligne de mire. Par exemple, pendant l’année écoulée, nous avons procédé à des réajustements de salaires pour certains employés, il y a eu par conséquent très peu d’augmentations.

C’est toute la problématique de mise en place de politique de rémunération en période de crise. C’est le fait de définir une stratégie de rémunération adaptée à cette situation. Les budgets alloués aux salaires, bonus, avantages sociaux et à la formation, définis à la fin de l’année dernière, sont maintenant passés au crible et susceptibles d’être réajustés en raison du climat économique.

Beaucoup plus qu’en temps normal, la rémunération variable pendant la crise est une variable d’ajustement qui ne doit pas être négligée. Le contexte difficile que l’on traverse et les obligations de résultats qui en découlent sont une opportunité pour repositionner cette rémunération variable comme élément reconnaissant des résultats significatifs et des performances élevées.

Les entreprises qui ont mis en place des systèmes de rémunération variable s’en sortent beaucoup mieux en temps de crise, car la partie variable sert de «coussin d’amortissement» qui peut leur éviter d’arriver à la phase de réduction des effectifs.

Une rémunération variable permet de redéfinir des objectifs et des mesures de résultats cohérents avec les enjeux économiques et avec les attitudes qui mèneront au succès.
Une autre raison significative de donner la priorité au variable est d’assurer la compétitivité de l’entreprise et de retenir les meilleurs talents sans coût récurrent.
En ce qui nous concerne, pour cette année, ce sera toujours la même logique, à savoir effectuer des ajustements et surtout maintenir la part variable pour entretenir la motivation.
Une attention sera portée particulièrement aux profils des commerciaux terrain car ils ont un impact direct sur le chiffre d’affaires de l’entreprise. C’est pourquoi les salaires pourront être conséquents à l’embauche pour pouvoir attirer de bons profils.  

Enfin, la rémunération n’étant pas l’unique facteur de rétention, il faut continuer comme en tant normal à insister sur le développement des compétences et des carrières ainsi que la culture managériale et l’environnement de travail.