Annoncer une décision impopulaire : Avis de Youssef Jermoumi, DG d’IP Expert

Youssef Jermoumi : Je ne voulais pas baisser les bras lorsque je vivais une crise financière

En tant que manager, il m’arrive d’avoir des moments de doute, de remise en question.
Quand j’avais vécu une crise financière, je ne voulais pas baisser les bras. J’avais des décisions et des choix à prendre sur plusieurs plans. Tout d’abord avec les partenaires, notamment les clients avec qui je devais établir un plan de relance des créances mais aussi avec la banque pour renégocier les échéances.
Enfin, sur le plan interne, il fallait tranquilliser les collaborateurs.

Annoncer un gel des salaires, une suppression des commissions et primes n’a pas été facile. Ceci dit, j’avais rassuré les collaborateurs en leur annonçant que la situation n’était que provisoire, le temps de rebondir.
Du moment que vous agissez avec courage et franchise, les gens l’apprécient. Mais il faut également qua la bonne foi soit de mise.
Généralement, on peut distinguer deux types de décisions à prendre : stratégiques et opérationnelles qui concernent le quotidien.

Je pense que tout manager doit être en mesure de réagir à chaud, prendre le temps certes qu’il faut mais aussi ne pas perdre de temps pour prendre des décisions et les annoncer.
Dans ce cas, le cadre et l’opportunité doivent bien entendu être choisis, mais l’information doit être donnée en toute clarté et en toute transparence. En fait l’important, c’est que l’information ou décision doit être bien argumentée.
Il s’agit donc de dire voilà la décision et voilà pourquoi. Le destinataire d’une telle décision peut demander des informations complémentaires, mais celui qui la prend ne doit jamais être à court d’arguments.
Rien n’est plus délicat pour un manager que d’être confronté à une situation où il n’a pas de réponse à une question du collaborateur concerné par une décision.

Je pense aussi qu’il est préférable d’avoir une vue générale sur la problématique et ne pas se concentrer sur un seul aspect qui peut par la suite impacter l’organisation.
Il faut laisser le temps aux autres de réagir et d’exprimer leurs inquiétudes afin de mieux digérer la pilule. Surtout rester gentleman ! Traiter les gens avec respect avant, pendant et après l’annonce de la nouvelle mais aussi profiter pour avoir un feed-back. C’est très important !
J’aime souvent évoquer quelques principes du leadership dans les moments difficiles. D’abord, se focaliser sur la situation et non sur la personne, préserver l’estime de soi et la confiance des autres, entretenir de bonnes relations avec les collaborateurs et la hiérarchie (ça rentre dans le cadre de l’esprit d’équipe), la prise d’initiative et enfin l’exemplarité.