ANAPEC : Entretien avec Anass Doukkali, DG de l’ANAPEC

«La réussite de l’ANAPEC dans ses missions dépend de l’engagement et de la qualité de ses équipes»

Anass-DoukkaliLa réussite de l’ANAPEC dans ses missions dépend en grande partie de l’engagement et du professionnalisme de ses ressources humaines. Recrutement, formation, développement des compétences, perfectionnement des conseillers…, l’Agence devra mettre les bouchées doubles pour assurer une qualité dans la mise en place du nouveau plan de développement. Entretien avec Anass Doukkali, son DG.

Quelles sont les grandes nouveautés du plan de développement 2020 ?

Le plan de développement de l’ANAPEC à l’horizon 2020 rentre dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie nationale pour l’emploi à l’horizon 2025. Il vient avec une vision nouvelle et ambitieuse ayant comme objectifs l’élargissement des services de l’agence à d’autres catégories et l’extension du réseau des agences pour couvrir toutes les régions. Des agences seront ainsi créées dans les centres urbains de plus de 20000 habitants. Par ailleurs, l’agence multipliera ses réalisations à l’horizon 2020 à travers l’insertion de 445 000 personnes dans la vie active, l’amélioration de l’employabilité de 554000 jeunes chercheurs d’emploi et l’accompagnement de 20000 porteurs de projets d’auto-emploi.

L’atteinte de ces objectifs passe par le renforcement des capacités de l’ANAPEC. Comment cette stratégie se décline-t-elle sur le plan RH ?

La réussite de l’ANAPEC dans ses missions dépend en grande partie de l’engagement et du professionnalisme de ses ressources humaines, la qualité de son management et la pertinence de son organisation. C’est pourquoi cet axe relatif au renforcement des capacités organisationnelles, managériales et professionnelles occupe une place centrale dans le plan de développement «ANAPEC 2020».

Sur le plan RH, l’agence travaillera sur le renforcement des ressources humaines avec 50 postes budgétaires et mettra en place des formations en présentiel et à distance pour assurer la formation-intégration des nouvelles recrues, le perfectionnement des conseillers en emploi selon les besoins identifiés ainsi que la formation des correspondants régionaux et des autres corps des cadres administratifs et techniques. De plus, une attention particulière sera réservée aux managers afin de renforcer leur perfectionnement.

Vous avez mis en place la stratégie Cross-canal. Porte-elle aujourd’hui ses fruits ?

La stratégie Cross-canal permet d’adapter l’offre ANAPEC aux attentes des jeunes chercheurs d’emploi. Cette stratégie favorise la synergie entre différents canaux: portail d’e-intermédiation, e-mailing et newsletters, médias sociaux, mobile, SMSing, centre d’appel et mass médias.

Pour renforcer encore plus cette stratégie, le plan de développement «ANAPEC 2020» prévoit la création d’une agence virtuelle qui s’occupera de tous les canaux de délivrance de prestations à distance, en plus du développement de services à forte valeur ajoutée sur les médias sociaux et le lancement de partenariats cross-médias avec les opérateurs spécialisés (télévision, radio…) pour renforcer la communication mass médias.

La réduction des disparités géographiques figure parmi vos priorités. Selon vous, quelles sont les régions qui demanderont plus d’attention ?

La vision «ANAPEC 2020» prévoit le développement et la structuration de la régulation régionale et interrégionale dans l’objectif de permettre aux chercheurs d’emploi issus des localités à environnement économique peu développé l’accès aux opportunités d’emploi offertes par les zones économiques plus favorables. Pour cela, le plan de développement préconise une revue des procédures de travail régissant la régulation en précisant davantage les responsabilités ainsi que la constitution de viviers de candidats au niveau des agences bénéficiaires de la régulation.

De plus, des agences mobiles seront mises en place pour rapprocher l’emploi du monde rural afin de faire bénéficier les populations rurales des prestations d’information, inscription, conseil, consultation des offres d’emploi, ateliers de recherche d’emploi, sensibilisation, voire appui à l’auto-emploi.

Par ailleurs, l’ANAPEC poursuivra la promotion d’initiatives territoriales pour l’emploi à travers le développement d’un réseau partenarial permettant l’encouragement de l’auto-emploi, le développement de services de proximité et la prospection de nouvelles niches d’emploi.

Qu’en est-il de l’intermédiation à l’international ? Quelles sont les mesures prises ?

Le placement à l’international constitue pour l’ANAPEC une orientation stratégique à double titre : offrir des opportunités supplémentaires d’insertion dans la vie active, d’une part, et permettre le développement des compétences pointues et le renforcement de l’expertise des Marocains, d’autre part.

Fort d’une expérience avérée et d’une reconnaissance internationale, le dispositif de placement à l’international connaîtra un développement à travers la consolidation du positionnement de l’agence sur ses marchés traditionnels (Espagne et France par exemple), et la pénétration de nouveaux marchés européens, notamment le marché allemand, tout en renforçant les initiatives lancées en direction du Canada et des Etats-Unis. Il est aussi prévu d’arrêter une stratégie de prospection efficace en direction des pays du Golfe, particulièrement le Qatar et les Emirats Arabes Unis, liés au Maroc par des accords et des initiatives spécifiques.

Le plan de développement concerne également la promotion de l’entreprenariat, notamment la création de 10000 TPE. Quelles sont les actions envisagées à ce niveau ?

Suite à différents diagnostics et évaluations, l’ANAPEC a reconfiguré son offre d’accompagnement au profit des porteurs de projets d’auto-emploi. L’attention sera désormais portée sur les aspects qualitatifs et les spécificités des différentes cibles. Pour ce faire, il est prévu d’adapter la pédagogie d’accompagnement, les guides et la langue des supports aux différentes cibles de porteurs de projets et développer une offre de services au profit des porteurs de projets à bas niveau de scolarisation ou non scolarisés, notamment à travers des outils audiovisuels d’information et de formation adaptés. Il est également prévu de réaliser des ateliers d’initiation aux bases de la gestion d’entreprise et développer un kit d’information sur les sources de financement dédié à l’appui à l’auto-emploi.

Sans oublier les personnes en situation de handicap qui bénéficieront d’un accompagnement spécifique dans le cadre d’un partenariat avec l’Entraîde nationale.