«Mon chef ne m’aime pas, alors il m’évalue mal !»

Malgré les efforts que je fournis depuis deux ans, je me retrouve chaque année avec une évaluation très en dessous de mes compétences ! Du coup, mon bonus est parmi les plus bas de ceux de l’équipe.
Je sais que mon chef ne m’aime pas, je le dérange car je ne suis pas le collaborateur «docile» qui dit oui à  tout en réunion, qui trouve toutes ses idées formidables et qui acquiesce à  tous les plans d’action. Alors voilà , il me punit de cette façon… Et moi j’en ai assez de cette injustice !

Eh oui, se sentir injustement évalué est certainement l’un des sentiments les plus difficiles à surmonter. Le tout étant de savoir si notre jugement est le bon ou non !
Si, effectivement, votre évaluation est faite dans un prisme de «détestation», alors il ne vous reste plus qu’à vous rappeler ces mots si sages de feu Hassan II : «Il ne sert à rien d’apporter des arguments de bonne foi à des personnes de mauvaise foi», mais dans le cas contraire… vous avez encore quelques cartes  à jouer !
Les idées préconçues sont certainement faites d’un mystérieux matériau le plus solide au monde, et donc extrêmement difficile à «briser».
En êtes-vous sûr ?

Car une fois que nous avons mis dans notre esprit ce type d’idées, il est bien difficile pour nous d’en sortir. Pourquoi ? Eh bien, parce qu’il est sans doute plus facile d’y croire plutôt que de nous remettre en question : plus facile de rejeter l’erreur sur l’autre ou une «injustice» que sur nous-mêmes… Et aussi parce que nous avons ensuite la fâcheuse tendance à interpréter chaque geste et parole pour abonder dans notre jugement premier !

Aussi, êtes-vous sûr que votre boss ne vous aime pas ?

Il est important que vous vous posiez cette question, car si vous vous trompez vous seriez tout simplement en train d’engager… la mauvaise bataille. Et puis, pendant que vous y êtes, posez-vous aussi cette question : et vous,  aimez-vous votre boss? Et puis, n’avez vous pas fait un amalgame ?
Est-ce vous qu’il «n’aime pas» ou est-ce VOS résultats?

Apprenez à entrer en contradiction

Aimez-vous que quelqu’un entre systématiquement en contradiction avec vous, et ce, en public ? Qu’il relève un à un tous ses points de désaccord ?

Même s’il est «à la mode» de répondre le contraire, nous savons que non, et il doit en être de même pour votre boss.

Aussi, apprenez à gérer votre sens de la controverse et du débat d’idées.

Si vous êtes agressif, si vous ne relevez QUE les points sur lesquels vous n’êtes pas d’accord avec votre interlocuteur, sachez que vous faites absolument le contraire de ce qu’il faudrait faire pour gagner sa coopération.
Il n’est pas question ici de se transformer en collaborateur «servile», bien au contraire, mais simplement d’aborder nos contradictions dans un état d’esprit constructif. Votre entretien d’évaluation sera une excellente opportunité pour vous de démontrer vos nouveaux talents à entrer en désaccord sans pour autant fragiliser vos liens relationnels !

Préparez votre entretien

Je sais qu’aujourd’hui votre état émotionnel ne vous permet peut être pas d’être dans l’objectivité la plus optimale, mais dès que vous serez calmé, reprenez chacun des objectifs et missions qui vous ont été fixés et évaluez-vous rationnellement.
Suivez pas à pas les procédures d’évaluation de votre entreprise, et «remplissez chaque case» avec le plus d’objectivité possible. Etayez chaque «note» par des faits indiscutables, libérez-vous de ce sentiment de «désamour» et des «fausses excuses» et préparez une argumentation convaincante.
Lors de l’entretien, FAITES PARLER votre manager, encouragez-le à exprimer clairement les raisons qui justifient sa notation. Ecoutez jusqu’au bout puis apportez vos arguments, calmement et avec tact.
Votre manager, qu’il vous aime ou pas, vous accordera la note que vous méritez vraiment !
Et le bonus qui va avec !