Ali Zarhali : Les réseaux sociaux sont les supports de recrutement de l’avenir

Certains sites comme LinkedIn constituent des outils de veille RH très importants où les entreprises peuvent s’offrir des profils rares. L’enquête a montré aussi qu’une proportion d’environ 1,5 recruteur sur 10 ont embauché au moins une fois via les réseaux sociaux.

Pourquoi une enquête sur les réseaux sociaux ?

Depuis la fin du siècle dernier, les réseaux sociaux ont conquis pleinement l’environnement économique et social de l’entreprise. Celle-ci ne peut plus agir dans la mise en œuvre de sa stratégie globale, sa politique de communication et marketing et sa politique RH sans la prise en compte de sa e-réputation dans les réseaux sociaux. A travers ces réseaux, l’entreprise est en contact en temps réel avec tous ses partenaires internes et externes, notamment ses ressources humaines.
Si avoir un site internet demeure primordial, les réseaux sociaux permettent aux entreprises de se faire connaître sur le marché de l’emploi, de développer leur visibilité et leurs relations professionnelles, d’autant plus qu’au Maroc la population des utilisateurs de ces réseaux ne cesse d’augmenter de jour en jour. A la fin du premier trimestre 2012, cette population est estimée à plus de 6 millions de personnes. Les réseaux sociaux les plus connus comme Facebook, Viadeo, LinkedIn et Twitter ont respectivement 4 millions, 500 000, 150 000 et 40 000 utilisateurs.

En ce qui concerne l’impact des réseaux sociaux en tant qu’outils et supports de recrutement dans l’entreprise marocaine, les avis divergent en l’absence d’études et de recherche sur le sujet. D’un côté, certains s’accrochent au passé et réfutent l’idée d’un intérêt et d’une importance des réseaux sociaux dans le recrutement. De l’autre, les réseaux sociaux ont déjà commencé à compléter et même remplacer les supports et les outils traditionnels et seront incontestablement les supports de recrutement de l’avenir.

A cet effet, MCRM Consulting a réalisé une enquête sur le terrain, afin d’étudier les tendances concrètes et l’influence des réseaux sociaux sur la fonction recrutement. Quatre principaux objectifs sont assignés à cette étude : mesurer l’impact des réseaux sociaux sur les supports et les outils traditionnels de recrutement ; définir comment les politiques de recrutement des entreprises s’adaptent à l’utilisation des réseaux sociaux ; savoir comment les réseaux sociaux sont intégrés dans la stratégie et les processus de recherche d’emploi ; et enfin déterminer les réactions du marché de l’emploi face aux mutations induites par les réseaux sociaux.

Ces outils sont en train de  bouleverser le domaine du recrutement, est-ce un effet de mode ou un véritable outil de recrutement ?

Selon les résultats de l’enquête, les réseaux sociaux constituent actuellement le troisième support de recrutement en ligne derrière les sites d’emploi et le site de l’ANAPEC. De plus en plus de recruteurs utilisent les réseaux sociaux tels que Viadeo, LinkedIn ou Facebook pour diffuser leurs offres d’emplois, voire contacter ou identifier des candidats potentiels. A travers leurs profils détaillés sur ces réseaux, les candidats sont véritablement en situation de recherche d’emploi active ou passive.
Dans cette situation, nous ne pouvons pas du tout parler d’effet de mode. Aujourd’hui, les réseaux sociaux sont considérés comme des «outils de recrutement» avec lesquels il faut compter désormais. Ils permettent aux entreprises et aux candidats de se rencontrer efficacement et réellement.

Selon vous, vont-ils devenir incontournables ? Pourquoi ?

Le sentiment des recruteurs et des candidats sur l’avenir des réseaux sociaux dans le recrutement est assez positif. En effet, pour les candidats et surtout les recruteurs, les réseaux sociaux sont appelés à être un outil central de recrutement dans un futur proche. Cela se justifie par le fait qu’à l’évocation des supports de recrutement web 2.0, ils n’hésitent pas à les classer parmi les trois outils essentiels de recrutement, à savoir les sites d’emploi spécialisés, les sites RH entreprises et bien sûr les réseaux sociaux. Les nouveaux applicatifs et les logiciels RH de demain seront construits autour des réseaux sociaux internes et externes à l’entreprise. Par conséquent, l’entreprise, les recruteurs et les candidats ne pourront pas s’en passer.

Quelles conclusions tirez-vous de cette enquête ?

Cette enquête nous a permis de tirer les principales conclusions suivantes : d’abord, pour les candidats comme pour les recruteurs, l’utilisation des réseaux sociaux pour les besoins de recrutement est en phase de croissance sur le marché marocain. Tout le monde s’accorde à leur donner plus d’importance dans le futur. La confiance actuelle est satisfaisante. L’efficacité des réseaux sociaux est reconnue par les acteurs du marché de l’emploi. Mais cette efficacité demeure pour l’heure assez cantonnée à une utilisation des réseaux sociaux comme solution complémentaire notamment pour les sites d’emploi en ligne.
Par ailleurs, les réseaux sociaux sont utilisés dans une optique de chasse de têtes et de détection des hauts potentiels. Ils permettent aussi d’accéder à des candidats difficiles à trouver par les outils traditionnels.
Enfin, les réseaux sociaux professionnels (LinkedIn et Viadeo principalement) sont les plus utilisés, leur but et leur politique étant plus clairement affichés.

Vous avez sondé aussi bien les entreprises que les candidats, ont-ils la même approche vis-à-vis de ces outils ?

Les recruteurs ont légèrement confiance dans les réseaux sociaux comme outil de recrutement plus que les candidats. Cette confiance se justifie en grande partie par les qualités qu’ils leur trouvent notamment leurs coûts d’utilisation négligeables et aussi la richesse et l’importance du contenu qualitatif des bases de données des postulants.
Pour les candidats, par contre, les réseaux sociaux sont perçus comme un outil complémentaire et de recours en marge des outils classiques  dont l’utilisation rime davantage avec la maximisation des chances de décrocher un emploi.
Cependant, candidats comme recruteurs sont unanimes sur le fait que les réseaux sociaux professionnels sont plus pertinents et adaptés au recrutement que les réseaux sociaux grand public.

Selon vous, ces outils donnent-ils des résultats pour les recruteurs?

Le premier résultat de l’utilisation des réseaux sociaux consiste à toucher le maximum de candidats potentiels au moindre coût. L’enquête a montré aussi qu’une proportion d’environ 1,5 recruteur sur 10 (utilisant internet pour le recrutement) ont recruté au moins une fois via les réseaux sociaux. Ce chiffre est assez expressif puisque seulement 1,1 de ces recruteurs sur 10 utilisent de façon systématique les réseaux sociaux pour le recrutement.
Par ailleurs, les recruteurs ont fait savoir que la plupart des candidats contactés sur les réseaux sociaux se montrent assez ouverts et disponibles, et ce, même quand le processus de recrutement n’aboutit pas.