Ali Serhani : «Il faut d’abord s’assurer que le candidat est dans une optique de changement avant de l’approcher»

Entretien : Ali Serhani, Directeur associé de Gesper services.

Dans notre démarche d’approche directe, nous identifions les cibles possibles (entreprise, fonction dans l’entreprise…) puis nous arrêtons une liste des cadres potentiellement intéressants pour le poste à pourvoir. Ce qui peut s’avérer compliqué, c’est qu’on n’est pas sûr à 100% que les candidats vont jouer le jeu. Car ces derniers sont déjà en poste et ne songent pas nécessairement à changer d’entreprise. Il y en a ceux qui refusent dès le départ et d’autres qui préfèrent examiner les propositions. En tout cas, tout le monde préfère que la procédure se passe dans la discrétion la plus totale.

La règle N°1 est que le candidat doit être dans une optique de changement. On en a bien vu qui passaient des entretiens pour faire pression sur leur employeur actuel afin d’obtenir le maximum.
Autre règle importante, toujours essayer de compléter les informations sur les candidats par d’autres sources, notamment leurs collègues ou des personnes qui les connaissent en dehors de l’entreprise.
Pour contacter un profil idoine, on passe généralement par des intermédiaires qui le connaissent ou bien directement, par mail, en lui présentant les opportunités de travail.

La réponse des candidats, surtout les cadres chevronnés, au contact d’un chasseur de tête est généralement plutôt positive. Cette réaction trouve ses sources dans la légitimité et le droit de gérer sa propre carrière et donc viser le meilleur pour soi. En effet, les raisons profondes d’une réponse positive à la sollicitation d’un chasseur de têtes proviennent d’une série d’insatisfactions du cadre en question vis-à-vis du poste qu’il occupe. Ces insatisfactions concernent le salaire, le sentiment de stagnation, l’absence de nouveaux apprentissages et de nouveaux challenges, les conditions matérielles au travail. Au-delà des insatisfactions, il existe aussi des opportunités de carrière que représente le poste proposé au cadre.

Il faut souligner également que le cadre doit prendre le soin de bien étudier toute proposition et recueillir le maximum d’informations sur l’entreprise qui recrute. A cet effet, il existe deux types d’entreprises auxquelles on a affaire. Il y a celles qui sont directement identifiées à travers une annonce dans la presse et qui mettent en valeur toutes les caractéristiques concernant le poste demandé. Par contre, il y a d’autres entreprises qui préfèrent garder l’anonymat en ne dévoilant que l’offre d’emploi. Bien souvent, il s’agit d’un poste de responsabilité (directeur général, directeur d’une filière…).

A lire aussi

Débauchage : attention aux pièges juridiques…

Ahmed El Meslouti : «Le seul point positif dans le débauchage, c’est qu’il pousse les entreprises à revoir leur système de fidélisation»

Mohamed Bennouna : «Le débauchage peut être légal si le candidat et l’entreprise respectent certaines conditions»

Débauchage : «On peut recourir à la cooptation»

Débauchage : «Attention aux manœuvres dolosives !»