Ali Bennis : «Le community manager est le métier qui connaît l’essor le plus palpable»

Au vu de l’essor de la blogosphère, des médias sociaux, des sites de e-commerce et bien d’autres, les entreprises sont en train de faire évoluer leur organisation marketing.

Notre activité concerne essentiellement le marketing digital, une  discipline qui vise à faire la promotion de produits et services en utilisant les médias sociaux pour atteindre les consommateurs d’une manière personnelle et ultra ciblée.
Au vu de l’essor de la blogosphère, des médias sociaux, des sites de e-commerce et bien d’autres, les entreprises sont en train de faire évoluer leur organisation marketing. Aujourd’hui, il est quasiment impossible de penser que le développement d’une entreprise peut se faire sans Internet. Ce constat va devenir de plus en plus perceptible avec l’explosion qu’ont connue les réseaux sociaux dans le monde et au Maroc. Pour Tribal DDB par exemple, les réseaux sociaux sont au cœur de la stratégie e-marketing.

Bien évidemment, de nouveaux métiers naissent de ces évolutions.

Le métier de community manager est celui qui connaît l’essor le plus palpable. Son rôle est de développer et de dynamiser une communauté, en transmettant l’identité et les valeurs de l’entreprise. Il doit parfaitement connaître la culture de l’entreprise, les produits, ses codes de communication et doit être capable de faire remonter les réclamations, demandes des internautes dans les différents départements de l’entreprise.
Il peut travailler en interne dans des entreprises notamment dans les domaines du management du savoir, du travail collaboratif ou des intranets. Mais aussi sur le web, où il sera en charge de la gestion de communautés.
Je citerais également le social media planner qui, comme son homologue le média planneur, a pour fonction d’élaborer un plan média et adapter une campagne pluri-média aux spécificités des supports sociaux.
Autre métier récent, le trafic manager qui est amené à intervenir sur les gros sites, ceux qui génèrent un trafic important. Sa mission est multiple : conseil en choix des supports, mise en œuvre des campagnes (achat d’espace et mise en ligne des créations), suivi des campagnes…

Le rôle du trafic manager inclut également le suivi et le bilan des campagnes. De même qu’il doit avoir une solide formation en commerce, marketing ou publicité.
Malheureusement, puisqu’il s’agit de métiers assez récents, les formations manquent dans ces domaines. Chez nous, par exemple, nous accordons de l’importance à la formation où nos collaborateurs sont amenés à suivre des actions de formation à travers les filiales du groupe dans le monde tout comme le fait de participer à des campagnes publicitaires à travers le monde.
Je pense également que nos écoles nationales doivent de plus en plus tenir compte des exigences du monde professionnel et adapter leur cursus par conséquent. Concernant les salaires, ces derniers sont disparates sur le marché de l’emploi. Par exemple, il faut compter entre 8 000 et 15 000 DH nets pour un trafic manager et entre
8 000 et 22 000 DH nets pour un media planner.