«Le manager doit être en mesure de recadrer l’équipe par la sagesse en lui faisant admettre ses erreurs»

Dans tout groupe humain, il peut y avoir des tensions compte tenu de la différence de caractère, des intérêts à défendre, et des divergences de vue sur tel ou tel problème. L’entreprise n’échappe pas à cette règle. Généralement, les causes d’un malaise ou d’une dislocation sont la résultante de ces problèmes que j’ai cités, mais le management y est souvent pour beaucoup. A titre d’exemple, les collaborateurs peuvent  regretter le fait de ne jamais recevoir des signes de reconnaissance pour leurs efforts ; certains qui travaillent sur un dossier spécifique ignorent toutes les informations sur la marche globale de l’entreprise par manque de communication, d’autres remettent en cause les inégalités salariales croissantes (package : rémunération, avantages en nature et en numéraires). Ce genre de situations exacerbe les frustrations pouvant les démotiver et les pousser à changer d’employeur. Parfois, rien que les mauvaises conditions de travail telles qu’un sureffectif dans des locaux exigus ou le fait de travailler dans un open space où l’on est dérangé par les collègues peuvent déstabiliser une équipe et provoquer des conflits.
Il y a aussi le fait que des collaborateurs s’aperçoivent que certaines règles sont fixées pour les uns et  pas pour d’autres ou qu’ils sont moins sollicités. Si ces situations se présentent -d’ailleurs tout manager peut être confronté à la gestion des conflits interpersonnels entre collègues-, il revient au manager de prendre la situation en main. Il doit être en mesure de recadrer les collaborateurs concernés ou l’équipe par la sagesse, leur (ou lui) faire admettre ses erreurs et proposer des solutions. En d’autres termes, il est important de positiver pour amener tout le monde à la raison.
Il ne faut surtout pas se montrer trop rigoureux sur les procédures, mais être capable de se réinvestir et s’adapter dans le management d’équipe. Un manager doit assumer le rôle d’intermédiaire, solidaire à la fois aux décisions qui émanent de la direction générale et de son équipe.
Après avoir réuni ces conditions, il faut savoir  motiver au quotidien, expliquer les objectifs, se doter des moyens pour les atteindre, responsabiliser l’équipe  et savoir déléguer. Ces aptitudes sont incontournables pour pourvoir gérer les hommes. L’intérêt est qu’elles permettent de prévenir les conflits qui, une fois qu’ils ont éclaté, laissent toujours des traces.