«J’ai raté l’opportunité de ma vie !»

Je suis vraiment un imbécile, j’avais le choix entre deux jobs et voilà  que j’ai choisi le mauvais ! Mon entreprise m’avait proposé une promotion qui était moins «brillante» que celle que je visais alors je l’ai refusée pour en accepter une autre quelques semaines plus tard. Aujourd’hui, je me rends compte que j’ai pris la mauvaise décision et que j’aurai vraiment dû écouter les conseils avisés de mon DRH qui avait tenté de me convaincre ! Je regrette chaque jour mais il est trop tard !

La vie ne vient pas avec un «mode d’emploi» couvrant toutes les situations avec toutes les réponses à nos questions y compris celles que nous ne savons pas nous poser… Alors, les dés sont jetés, mais la partie ne fait que commencer !

Vous assumez, c’est bien !

Et croyez-moi, cela est suffisamment rare pour le souligner ! En effet, combien de personnes se trompent, font les mauvais choix et cherchent à en faire endosser la responsabilité à d’autres qu’elles-mêmes.Ce n’est pas votre cas, et c’est une bonne nouvelle car vous allez pouvoir réellement comprendre POURQUOI vous avez pris cette décision: quels ont été les (mauvais) leviers qui vous ont amené à ce choix : image ? Empressement? Entêtement ? Emotions ? A vous d’y répondre pour apprendre de et sur vous-même et savoir quand vous alerter vous-même en de prochaines situations similaires !

Relativisons…

Les adolescents, lors de leur premier chagrin d’amour, le répètent inlassablement : «JAMAIS PLUS»… Mais, nous, à notre âge, nous savons -je l’espère- relativiser ; et si, OUI, vous avez raté UNE opportunité, vous n’avez pas raté l’Opportunité de votre vie.Il y en aura d’autres et vous vous rendrez compte que, comme le disait le poète Paul Eluard, «il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous». Alors maintenant, pour continuer la partie, à vous de créer ces opportunités, de nouveaux rendez-vous que vous saurez saisir et sans doute avec plus de recul, de sérénité et de…perspicacité !

«Don’t look back you’re not going that way !»

Si vous ne faites pas le deuil du passé vous ne pourrez avancer. Alors, tournez cette page certes douloureuse, mais très riche en enseignements et passez à un autre chapitre encore plus palpitant: l’avenir! D’abord en appliquant à la lettre le principe Dale Carnegie n°1 : «Ne critiquez pas, ne condamnez pas, ne vous plaignez pas». Rien de plus terrible pour vous (mais aussi pour les autres) que de devoir subir une personne qui a commis une erreur et qui passe sa journée à s’en plaindre et à ressasser.

L’avenir, c’est optimiser à fond votre potentiel dans votre job actuel, démontrez à vos équipes et vos supérieurs que vous savez assumer pleinement vos décisions et êtes «bon joueur» et, justement, que vous trouvez des opportunités dans les sujets les plus inattendus.
Laissons le mot de la fin à la philosophie qui sait si bien nous faire réfléchir et plus particulièrement à Sören Kierkegaard : «On ne peut comprendre la vie qu’en regardant en arrière; on ne peut la vivre qu’en regardant en avant».