«Il est rare que les résultats d’un test soient à  eux seuls à  la base de l’élimination d’un candidat»

Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses.
Certains tests sont sensibles à  l’état d’esprit du moment.

Dans quel cadre utilisez-vous les tests psychotechniques ?  
Les tests psychotechniques sont de différentes natures : tests de personnalité, d’intelligence ou d’aptitude auxquels certains rattachent parfois la graphologie. Je n’ai personnellement utilisé que des tests de personnalité (dans le cadre de recrutement ou de promotion) publiés par des éditeurs historiques comme les Editions du centre de psychologie appliquée (ECPA), initialement étalonnés (testés) sur un grand nombre de personnes, généralement réétalonnés sur la population française et régulièrement mis à jour.
Les tests à utiliser vont dépendre du profil évalué mais également de l’aisance de l’administrateur à manier ces tests. Personnellement, je me reconnais particulièrement dans le sosie, que j’ai donc tendance à privilégier quand il est adapté.

Quelle crédibilité accordez-vous à ces tests ?
 A mon sens, les tests doivent être perçus comme un éclairage complémentaire qui ne peut se substituer à un processus d’entretiens fouillés, à des mises en situation et à un contrôle de référence, informel mais néanmoins très présent sur le marché du travail marocain.
Le test sert donc à orienter l’entretien et creuser avec le candidat les points mis en exergue par le test. Il est rare que les résultats d’un test soient à eux seuls à la base du recrutement ou de l’élimination d’un candidat. En tout cas, cela ne m’est jamais arrivé.
Cependant, comme je l’expliquais, ces tests sont généralement réétalonnés sur la population française et non marocaine, d’où l’existence d’un biais dont il faut tenir compte.

Existe-t-il des contraintes déontologiques ou éthiques quant à leur utilisation ?
La première et grande contrainte est que la personne en charge d’administrer et surtout d’analyser le test doit être habilitée à le faire, généralement via une certification. Des cursus de certification sont ainsi proposés par les éditeurs.
Le candidat doit ensuite être clairement informé des consignes de passation et doit impérativement recevoir un feedback.

Les candidats peuvent-ils contester les résultats des tests?
Ce ne devrait pas être le cas si le feedback a été fait dans les règles de l’art. En effet, il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses dans ces tests et la personne en charge de la restitution doit s’abstenir de tout jugement. Son rôle est de faire un feedback argumenté au candidat qui doit donner lieu à un échange construit. A mon sens, il ne s’agit absolument pas de remettre aux candidats des résultats écrits et de s’en tenir là mais au contraire d’amorcer une discussion sur la base de ses résultats. Sans compter que certains tests sont sensibles à votre état d’esprit du moment, ce qui peut expliquer certains résultats.