Adil Chaouki «Le business game est pour nous un moyen de démocratiser l’accès à  l’emploi»

Reveal by L’Oréal est un test virtuel permettant aux participants de travailler sur le process de développement et de commercialisation d’un produit. Les meilleurs sont invités à  passer des entretiens plus poussés en vue d’un recrutement.

Quel type de business game organisez-vous régulièrement ?

Au Maroc, nous organisons depuis 2011 un des business games développés par le Groupe L’Oréal. Il s’agit de Reveal By L’Oréal, un «serious game» en ligne qui permet aux jeunes candidats à la recherche d’un stage ou d’un premier emploi d’accéder à notre processus de recrutement.
C’est une sorte de test en virtuel à travers lequel chacun des candidats participe au process de développement et de commercialisation d’un produit cosmétique, tout en découvrant la culture du groupe ainsi que ses métiers.
L’objectif pour nous est d’élargir le champ d’identification. Il s’agit là de démocratiser le processus de recrutement et de l’ouvrir à tous les candidats intéressés quels que soient leur sexe, leur parcours académique, leur origine sociale… En back-office, nous ne nous basons que sur les résultats des participants. Ceux qui ont obtenu les meilleurs scores sont invités à nous rencontrer dans nos locaux de Casablanca. Par le biais d’un assessment center, chacun pourra exposer ses compétences devant un jury composé de professionnels (middle/top managers). Cela permet aussi aux candidats de se révéler et de mieux renforcer leur projet professionnel, win-win.
 
A qui s’adresse précisément ce jeu ?

Reveal By L’Oréal s’adresse aux étudiants en fin de parcours, à la recherche d’un stage/mission de fin d’étude, et aux jeunes diplômés à la recherche d’un premier emploi. Ceux-là sont éligibles pour entamer le process quel que soit leur projet académique.

Ce genre d’initiatives sert-il vraiment à recruter ?

Absolument, nous avons déjà de belles histoires à raconter. Nous avons eu des finalistes lors des 3 saisons précédentes, on a assigné aux meilleurs d’entre eux des missions pour des stages de fin d’étude ; et certains nous ont rejoints en signant un CDI ou CDD.
 
Peut-on dire que ce concept brise les codes du recrutement ?

Non, je ne pense pas qu’on puisse dire cela, puisque chaque entreprise a ses méthodes pour tester ses candidats ; cela va des tests de personnalité aux jeux de rôle. Il y a pas mal de moyens pour mesurer les compétences.
Les temps sont durs, nous sommes lucides quant à la conjoncture qui nous contraint à serrer les budgets de recrutement. Pour nous, c’est un autre moyen innovant pour identifier les meilleurs tout en donnant à chacun la même opportunité d’accéder à un process de recrutement.