Adalia relance le débat sur l’entreprenariat

Fantasme, réalité, pari risqué… Au Maroc, on sait que l’entreprenariat demeure faible. Certes, les raisons sont connues (déficit de financement bancaire, lourdeurs administratives, charges sociales et fiscales pesantes…) mais c’est surtout l’image insuffisamment valorisée de l’entrepreneur qui réussit qui fait défaut. Du coup, très peu de jeunes osent encore sauter le pas.

Le récent débat, organisé par Adalia Business school of management autour du thème «Entreprenariat, fantasmes et réalité», a permis de revenir sur  les principaux enseignements pour développer davantage l’esprit entreprenarial, surtout chez nos jeunes en particulier.

La conférence a eu pour principaux intervenants M’hammed Abbad Andaloussi, président d’Injaz Al Maghrib, association reconnue d’utilité publique qui mobilise le secteur privé auprès de la jeunesse pour contribuer à l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs,  Idriss Berrada, DG d’Attijariwafa bank Corporate Finance, Fatima Zahra Oukacha, directrice de CEED Maroc, structure d’accompagnement des entrepreneurs ainsi que Ouadih Dada, journaliste-présentateur.

L’entreprenariat, un état d’esprit qui s’enseigne

Il est ressorti des échanges que l’entreprenariat est d’abord un état d’esprit qui s’enseigne. L’aspect culturel y est églement pour beaucoup. Selon les intervenants, le sens de l’initiative, la confiance en soi, des qualités nécessaires à la création d’entreprise sont insuffisamment développés dans l’éducation familiale et à l’école. Ce qui fait que la perception du risque entre les pays anglo-saxons et les pays latins ou méditerranéens est nettement différente.

Les intervenants ont aussi rappelé que beaucoup de mécanismes d’aide à la création d’entreprise n’ont pas donné satisfaction et ont montré leurs limites, faute d’accompagnement.  Une des raisons est que les institutions financières ne prennent plus de risques ou s’orientent vers des projets plus rentables. Le souhait est qu’un éco-système entre porteurs d’idées, financiers et accompagnateurs émerge pour faire décoller l’entreprenariat.