A quoi bon s’impliquer à  trois ans de la retraite

Je suis à  trois ans de la retraite et je peux dire que j’ai eu une vie professionnelle bien remplie. Aujourd’hui, je suis impliquée dans des projets stratégiques qui nécessitent une charge de travail très importante. Mais moi je n’ai plus le goût à  cela et surtout à  me battre contre des jeunes qui cherchent à  tout prix la reconnaissance même s’il doivent marcher sur le corps des autres. Alors je baisse les bras et laisse les imbécilités se dire, voire les attaques à  mon encontre se multiplier…
Que me conseillez-vous ?

Tout n’est pas terminé. La preuve c’est que vous continuez à être impliquée par votre hiérarchie dans des projets importants, c’est un signe probant de confiance en vos compétences. Nelson Mandela est devenu président de l’Afrique du Sud à l’âge de 76 ans, Victor Hugo a écrit les Misérables à l’âge de 60 ans, Louis Pasteur a découvert le vaccin antirabique à 63 ans, Michel-Ange a été nommé architecte de la basilique Saint-Pierre à 71 ans !
La liste est longue et vous démontre que le moment de baisser les bras n’est pas encore arrivé.
Aussi, face aux «imbécilités» dont vous parlez, vous devez réagir ne serait-ce que pour assurer la bonne marche de ces projets.
Pensez à l’image que vous souhaitez laisser après votre départ à la retraite : il serait vraiment dommage d’effacer des dizaines d’années de bon travail parce que vous vous  êtes essoufflé dans les derniers 100 mètres !
Alors, retroussez vos manches et démontrez aux autres (mais aussi à vous-même ) que «l’ancien» a beaucoup à leur apporter et que vous saurez tirer profit des 1 095 journées qui vous séparent de la retraite.

Vous êtes en haut de la pyramide !

Les personnes dans votre situation se réalisent beaucoup plus dans le transfert de savoir que dans la réalisation d’elles-mêmes. Ainsi, accordez une attention particulière à la délégation. Car cette dernière reste un formidable outil de coaching pour ses équipes. Votre objectif consistera à identifier les personnes de votre équipe qui possèdent le plus de potentiel pour les accompagner.
Outre le fait que cela vous aidera à mener à bien et dans les temps les projets qui vous sont confiés, ce pourrait être une de vos plus belles victoires de voir que vous avez su transmettre cette formidable expertise aux personnes qui le méritent ! Fixez-vous des objectifs simples et spécifiques en la matière comme «je veux que ce collaborateur soit capable dans 8 mois de mener une négociation avec ce client», «je veux que cette collaboratrice puisse maîtriser cette procédure avant fin mai»… Et planifiez vos actions en restant réaliste par rapport à la charge de travail de chacun. Vous verrez qu’en vous engageant dans la voie magnifique du coaching, vous retrouverez votre énergie car votre travail aura «LE» sens que vous attendiez !

Et après ?

La retraite est une étape très importante dans la vie d’une personne et il est bien dommage qu’encore trop peu d’entreprises ne pensent pas à l’accompagner.
Un simple «cocktail» clôturé par de  beaux discours et une belle montre offerte et voici le jeune retraité  qui se retrouve du jour au lendemain chez lui, ne sachant quoi faire dans une maison où tout a été pensé sans lui (et pour cause il était trop occupé par son travail).
Aussi, vous devez, dès maintenant, engager la réflexion sur ce que vous voudrez que votre retraite soit. Pour cela rapprochez-vous de personnes qui ont su négocier ce virage avec intelligence, entamez la discussion avec vos proches, l’essentiel étant pour vous de vous projeter dans un futur où le «néant» n’existera pas.
Vous devrez trouver une activité dans laquelle vous vous sentirez UTILE pour les autres dans un cadre bien défini, car, lors de la retraite, il n’y a rien de plus difficile que de ressentir ce sentiment de vide, cet éloignement d’un réseau de collègues, partenaires longuement côtoyés, cette absence de cadre rythmant notre journée…

Donnez du sens à votre vie, car vous le méritez !