50 ans d’indépendance, 3 jours fériés et 3 rumeurs

Trois jours de vacances, du mercredi au vendredi, ont été annoncés sans préavis à l’occasion du 50e anniversaire de l’indépendance.
Ces vacances, arrivées juste après le Ramadan, période
pendant laquelle la productivité a tendance à baisser, ont attisé les
rumeurs des plus diverses.

La nature a horreur du vide. C’est ainsi qu’en l’absence d’explications claires venant des sources autorisées, il est courant de voir chacun, dans un pays ou une entreprise, interpréter une situation selon sa propre perception. C’est ce qui est arrivé avec les trois jours fériés décrétés, pour certains dans la précipitation, à l’occasion des festivités marquant le cinquantième anniversaire de l’indépendance. Nous avons sérié ces rumeurs en trois catégories. Les voici.
Rumeur sécuritaire : inquiétude face au terrorisme
La «rumeur Al Qaïdiste» est celle qui a fait le plus parler d’elle. Face aux menaces d’attentats qui entouraient l’anniversaire de l’indépendance, les autorités marocaines auraient préféré accorder des jours de congé, réduisant ainsi le nombre de victimes éventuelles. Toutes sortes de rumeurs d’attentats produits ou à venir ont, durant les semaines suivantes, circulé dans tout le Royaume. Certains prétendaient qu’un café à Marrakech avait sauté, d’autres qu’un grand
cinéma de Casablanca était visé…
Rumeur sociale : fantasme de la grève générale
L’internet offre d’autres pistes. Ces jours fériés auraient été offerts, lit-on sur le «blog de Sami», citoyen marocain, «pour faire face à la montée des grèves dans tous les secteurs de l’économie». La CDT avait appelé à une grève générale le mercredi dans toute la province de Bouaarfa pour dénoncer la marginalisation de cette région qui aurait (autre rumeur ?) organisé une marche des habitants vers l’Algérie pour demander «l’asile économique». Une autre grève était annoncée chez les techniciens de l’administration. De même, le syndicat étudiant UNEM appelait ce même mercredi à une grève générale dans toutes les universités pour dénoncer la non-application de la réforme universitaire. Alors, info ? intox ?
Rumeur historique : réaffirmation de la pérennité de la monarchie
Une autre rumeur, plus savante, proviendrait peut-être de la lecture d’un article de Maroc Soir («Un retour triomphal»), qui rappelait la levée du couvre-feu au Maroc durant les jours qui ont suivi le retour d’exil de Mohammed V
(les 16, 17 et 18 novembre 1955). Ces trois jours décrétés fériés à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’indépendance seraient ainsi un rappel de ces jours «plus libres» offerts lors du retour du Sultan il y a cinquante ans.