RNI : l’heure du changement a sonné !

Le parti vient d’initier un processus de concertation interne avec, en prime, une ouverture sur la société.

Il l’avait promis juste après son élection et le nouveau président du RNI a tenu parole. Aziz Akhannouch est, en effet, allé à la rencontre des militants du parti là où ils sont. Sa première rencontre avec les bases a eu lieu à Tanger, dimanche dernier, lançant ainsi un processus de concertation démocratique interne visant à dresser l’état des lieux des structures locales du parti, à penser de nouvelles structures et à mettre en place des programmes régionaux. Lesquels programmes placeront les attentes et les aspirations du citoyen au centre des préoccupations du RNI, aussi bien à l’échelle locale qu’au niveau national.

Même le choix de la ville de Tanger pour abriter cette première rencontre n’est pas fortuit, il est plutôt motivé par sa position géostratégique importante, ses potentiels économiques, touristiques et culturels et les projets structurants que la région abrite. C’est pour signifier que le RNI «reste ouvert aux compétences et à toutes les franges de la population» et qu’il est prêt à aller les chercher là où elles sont pour insuffler une nouvelle dynamique au parti.

Bien sûr, d’autres réunions vont suivre au cours des semaines à venir et la prochaine étape sera Errachidia. Ce processus qui couvre toutes les régions et qui devrait prendre fin vers le milieu du mois de janvier a pour but de donner aux régions la place qui leur échoit et de réfléchir à de nouvelles structures capables de relever les défis du futur.

Ces congrès régionaux visent, également, à faire entendre la voix des militants du parti, à trouver des solutions aux problématiques posées et à élaborer une feuille de route commune qui servira le citoyen. Car, pour le RNI, c’est le citoyen qui sera désormais au centre de toute initiative. C’est un retour, donc, vers le citoyen, à travers la communication quotidienne et la diffusion des valeurs du parti principalement en direction de tous ceux qui ont perdu confiance en l’action politique.

Il est clair que dans sa nouvelle démarche, le RNI ne compte absolument pas puiser dans les bases et les rangs sympathisants des autres formations, son objectif est de convaincre ceux qui ne sont pas encore décidés à faire confiance à l’action politique et aux partis. Et pour les convaincre il n’y a pas d’autre recette que le travail et le sérieux. C’est dans ce cadre que le nouveau président a affirmé, devant un parterre de militants du parti à Tanger, que l’action future du parti sera placée sous le signe : «Le travail responsable et sérieux».

Ce processus de reconstruction du RNI portera également sur la dimension interne. Il concernera le développement des mécanismes internes du parti, s’engageant à doter les régions des moyens nécessaires pour réaliser les objectifs escomptés. Le nouveau président l’a promis, des moyens seront mis en place pour doter le parti, très prochainement, des structures nécessaires à son fonctionnement et à son ouverture sur la société. Des organisations des femmes, des jeunes et des forums professionnels devraient ainsi être bientôt mis sur pied.