Les hôteliers déçus, ils espéraient mieux pour l’année 1971

Il y a désormais cinq à  six fois plus de lits disponibles qu’auparavant, mais le nombre des touristes n’a pas progressé pour autant.

Nombre d’hôteliers du Maroc se montrent assez satisfaits de la saison touristique pour cette année. Toutefois, cette satisfaction est teintée de quelques réserves. Dans plusieurs villes comme Casablanca, Marrakech ou Mohammédia, le nombre de touristes a été en accroissement cette année par rapport à l’an dernier, même si cette progression est inférieure à ce qu’espéraient certains hôteliers. Quant à Tanger, le directeur d’une chaîne importante d’hôtels nous assure que le rendement a été généralement mauvais. Certes, reconnaît-il, «les installations de certains grands clubs de vacances ont attiré une importante clientèle, mais pour nous ce fut franchement mauvais».

Il faut préciser que Tanger est maintenant en dehors des grands circuits aériens sauf pour la liaison Maroc-Espagne. Par ailleurs, Tanger est trop éloignée des autres centres marocains d’intérêt touristique. Ainsi, les visiteurs qui viennent souvent à Agadir, attirés par exemple par le Club Méditerranée, effectuent ensuite des excursions à travers le Maroc. Ils vont à Marrakech, parfois à Casablanca, quelquefois à Fès, mais jamais au delà. Or, de nombreux hôtels se sont construits au cours des deux dernières années. Il y a désormais cinq à six fois plus de lits disponibles qu’auparavant, mais le nombre des touristes n’a pas progressé  pour autant.