Mobile Money : Inwi prend les devants

140 000 utilisateurs et 7 MDH de transactions Inwi Money en seulement 4 mois. Le challenge c’est d’attirer les 66% de la population non bancarisée qui n’a pas de compte bancaire et qui paie cash.

Le mobile money décollera certainement en 2020, au Maroc. C’est le constat tiré par les experts présents au cycle de conférences «Digital Act by Inwi» sous le thème du «Mobile money comme catalyseur de l’inclusion financière». Un événement -organisé en partenariat avec l’Agence du Développement Digital (ADD) et le think tank «Digital Act» – en marge du lancement par Inwi de son service de mobile money «inwi money».

Ainsi, durant tout le cycle, l’accent a été mis sur l’ensemble des atouts existants et favorables à l’éclosion d’un écosystème financier national inclusif, basé sur le mobile money. Le succès de «inwi money» première et unique filiale de Mobile Money d’un opérateur télécoms au Maroc, lancé le 3 septembre 2019, prouve l’engouement grandissant des Marocains pour ce nouveau moyen de paiement. En chiffres, durant le 4e trimestre 2018, pas moins de 140 000 clients «inwi money» ont pu réaliser des transactions pour un montant total de 7 MDH, et ce, sur plus de 500 localités sur l’ensemble des régions du Maroc. Rappelons que grâce à inwi money, les clients ont accès à une panoplie de services financiers à partir de leur téléphone mobile. Il s’agit essentiellement de deux familles de services : les transferts et les paiements. Les transferts permettent d’émettre et de recevoir, directement sur son mobile, des sommes d’argent. Les paiements, quant à eux, permettent de régler des factures, des produits et des services à partir de son téléphone mobile

«Tout au long de l’année 2020, notre principal challenge consistera à développer une offre mobile money viable et à forte valeur ajoutée qui pourra être adoptée par le maximum de nos clients pour pouvoir favoriser l’inclusion financière de l’ensemble de la population», explique Nicolas Lévi, CEO inwi money.
L’innovation de ce début d’année consistera en la généralisation d’ici fin janvier du paiement via «inwi money» sur l’ensemble des magasins Marjane au Maroc. Payer ses achats via son mobile est, en effet, l’un des multiples avantages du mobile money. Ce nouveau porte-monnaie électronique permettra donc d’apporter des réponses rapides personnalisées, mais surtout une immédiateté des transactions avec des coûts, que le management promet, très accessibles.

6 millions d’utilisateurs, d’ici 2024

En tout cas, l’avenir s’annonce prometteur pour ce nouveau canal de paiement. L’écosystème m-payment a d’ailleurs comme objectif de drainer 6 millions d’utilisateurs et 1,5 milliard de transactions en 2024. Parallèlement, 51 000 commerçants feront partie du réseau d’acceptation à terme (2024).
Si pour l’heure Inwi est la seule à lancer son offre, Maroc Telecom et Orange devraient bientôt lui emboîter le pas. En Afrique, Orange Money génère 350 millions d’euros de revenus, pratiquement 4 milliards de revenus uniquement sur l’activité de paiement mobile, sur 14 pays et 40 millions de clients.
L’accélération de la croissance du m-payment est une réelle aubaine pour notre pays qui, disons-le, est à même de favoriser l’inclusion financière et sociale. Et ce n’est pas faute de potentiel: le taux de pénétration du marché marocain en téléphonie mobile a dépassé les prévisions ces dernières années (130%), devançant de loin le taux de bancarisation qui, lui, n’est que de 34%. C’est donc là que réside le défi du paiement mobile : attirer les 66% de la population non bancarisée qui n’a pas de compte bancaire et qui paie cash. Un défi ambitieux mais réalisable, si l’on se base sur certaines success story africaines.
La plus parlante est évidemment celle du Kenya (du classement en matière de services financiers mobiles). Fort de son initiative pionnière M-Pesa (services de transfert d’argent via téléphone) lancé pour la première fois en 2007, le mobile money kenyan connaît aujourd’hui un franc succès. Le service compte plus de 18 millions d’utilisateurs qui effectuent près de 8 millions de transactions par jour. Même constat pour la Côte d’Ivoire qui est classée 5e et qui a fait ses preuves en la matière. Les expériences de ces deux pays ont vite d’ailleurs été dupliquées dans une douzaine de pays.

Tous les clients des magasins Marjane pourront désormais payer par leur GSM à travers l’application Inwi Money. Chaque téléphone correspond à un numéro de compte. Cette opération se veut un grand soutien de la chaîne du 1er réseau de distribution du Maroc pour le maillage du réseau de transactions via mobile. Pour l’heure, tous les hypermarchés de l’enseigne GMS sont en phase d’implémentation de solutions de paiement Inwi au niveau des caisses. Le personnel des magasins Marjane a reçu des formations dans ce sens. L’intérêt étant d’initier la clientèle et les ménages à ces opérations de paiement mobile qui reposent sur la connectivité, la sécurité et des commissions marginales.